Neoprog.eu
Menu

Homeless
Anubis - Homeless
Titre : Homeless
Groupe : Anubis
Sortie : 2020
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Progressif
Achat : ici
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Reflective
  • Entitled
  • White Ashes
  • Home
  • Homeless
  • The Tables Have Turned
  • Sirens
  • In Shadows
  • Gone

Robert James Moulding [chanteur,guitariste], David Eaton [clavier], Steven Eaton [batteur], Douglas Skene [guitariste], Dean Bennison [guitariste], Anthony Stewart [bassiste]

A n’en pas douter, ce sixième opus studio d’Anubis va en surprendre plus d’un par sa structure et son parti pris contemporain à travers des compositions plus courtes ou densité rime avec intensité.
Si vous découvrez ce groupe, sachez que leur style musical se situe entre un univers floydien à leurs débuts et un ancrage réussi dans le monde du néoprog avec la création d’une sorte de passerelle originale à l’indéniable personnalité entre Marillion et IQ.
Jusqu’à ce Homeless, nos australiens nous avaient gratifiés d’opus longues durées et de magnifiques pièces musicales qui s’étiraient en longueur et en développements musicaux à rebondissements, le syndrome du kangourou progressif vraisemblablement !

Anubis

Alors, que nous réservent ces quarante et une minutes de ce concept album basé sur la perception pas très réjouissante du monde tel qu’il existe aujourd’hui et de notre dépendance croissante à la technologie, à l’augmentation des inégalités et de la pauvreté ?
Et bien du concentré d’Anubis avec des titres qui varient de trois à cinq minutes, hormis le premier, ‘Reflective’, sur lequel nous retrouvons une suite logique à leur dernier album comme une sorte de marqueur génétique de leur style précédent.

Haut les cœurs, sur les autres compositions, nous retrouvons ce qui fait la force de ce combo : la qualité du chant de Robert James Moulding et le travail remarquable sur les harmonies vocales, des trames musicales magnifiquement tissées par les guitares, des claviers bien enveloppants, moins luxuriants certes, format oblige, et une base rythmique qui assure.



Certains titres jouent sur un tempo plus dynamique comme ‘Entitled’ et sa rythmique lourde ou le très rock ‘The Tables Have Turned’ et ses entrelacements de guitares, un de mes titres préférés, ou encore le très enlevé ‘Homeless’.
La voix se fait plus introspective sur des titres à l’accroche émotive évidente, ‘White Ashes’ et son refrain entêtant, le très mélancolique ‘In Shadows’ et son solo de guitare convaincant et enfin le magnifique ‘Gone’ et ses couleurs aux reflets lyriques.
Seul bémol pour moi sur cet album, ‘Home’ car, même si ce titre orienté pop prog est agréable à l’écoute, son jeu de batterie très particulier et son final en fading m’ont dérouté un tantinet.

Au final, pari réussi pour Anubis qui ajoute une nouvelle corde à son arc musical même si cette approche peut dérouter certains fans de la première heure ; mais ne vous laissez pas influencer par l’architecture de Homeless, car le talent d’Anubis et l’évolution de leur son si particulier s’exporte avec bonheur sur des titres plus directs à la sensibilité indéniable.


Rédigé par François le 24/03/2020
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties