Neoprog.eu
Menu

Astronoid
Astronoid - Astronoid
Titre : Astronoid
Groupe : Astronoid
Sortie : 2019
Label : Blood Music
Format : CD
Genre : Post-rock
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • A New Color
  • I Dream in Lines
  • Lost
  • Fault
  • Breathe
  • Water
  • I Wish I Was There While the Sun Set
  • Beyond the Scope
  • Ideal World

Formation en 2012

Brett Boland [chanteur,guitariste], Daniel Schwartz [chanteur], Casey Aylward [guitariste], Matt St. Jean [batteur]

Voici quatre artistes de Boston, qui après deux EPs et Air, un premier album, proposent leur second grand format éponyme à nos oreilles.

De quoi parlons-nous ici ? Leur musique s’apparente par bien des aspects à un post-rock doublé de post metal et surtout d’un chant clair, celui de Brett, qui ressemble beaucoup à la dream pop. Du dream post metal progressif ? Eux nomment cela de la dream thrash.

Astronoid

Vous savez peut-être les difficultés​ que je rencontre à l’écoute du post-rock sur la durée, finissant invariablement par décrocher avant la fin d’un album, même pour les meilleurs. Celui-ci n’échappe pas à la règle. Toutefois, plusieurs morceaux tirent leur épingle du jeu comme ‘I Dream in Lines’, ‘Fault’ ou ‘Beyond The Scope’, de par la batterie, des éléments électros ou encore les guitares, des petits plus qui les distinguent de l’ensemble. Si la batterie cogne furieusement et les guitares prennent régulièrement leur envol dans Astronoid, la colonne vertébrale de leur musique reste fondamentalement post-rock. Le chant aérien, peuplé d’échos, qui rappelle parfois Agent Fresco, donne une dimension toute particulière à leurs compositions, contrastant avec la rythmique nerveuse.

Pour ce second disque, le groupe a subi d’importantes pressions, d’où le doute et la crainte de décevoir, la peur du regard que nous porterions sur leur travail après Air. L’album aborde le thème du manque de confiance en soi, manque qu’il faut dépasser pour avancer dans la création artistique. Un album éponyme, car il reflète, plus que jamais, le quatuor, ses aspirations musicales ainsi que les longues absences, loin de chez eux, alors qu’ils tournaient avec Ghost, Periphery, Animal As Leaders et d’autres.



L’évolution de Astronoid est palpable depuis le growl de ‘November’ (2012) jusqu'à la dream pop de ‘A New Color’. Air (2016), leur premier LP, jouait nettement plus la carte du post-rock nerveux, plus orienté instrumental avec moins de guitares audacieuses si on oublie ‘Up and Atom’ et un chant plus convenu. Leur univers visuel s’est également épuré, passant de deux EPs très sombres (November, Stargazer) à des pochettes pastel (Air, Astronoid). Astronoid porte en lui beaucoup plus d’émotions que Air, plus d’inventivité également, cependant, l’album manque encore un peu d’audace, de contraste, et après quelques titres, sans une constante attention, il y a un risque de décrochage. Par contre en live, je suis certain que le groupe doit valoir plus que le détour.


Rédigé par Jean-Christophe le 01/02/2019
Commentaires

Il est différent, surtout vocalement, moi je préfère, d'autant que les guitares se font un peu moins post-rock
Le 01/02/2019 par Neoprog

J'avais beaucoup aimé "Air"; j'attends avec intérêt celui-ci, même si les critiques que j'ai lues sont mitigées.
Le 01/02/2019 par Alias

Soutenez Neoprog
Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
A lire aussi
Prochains concerts
Prochaines sorties