Neoprog.eu
Menu

The Theory Of Everything
Ayreon - The Theory Of Everything
Titre : The Theory Of Everything
Groupe : Ayreon
Sortie : 2013
Label : Inside Out Music
Format : CD
Genre : Métal progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Prologue : The Blackboard
  • The Theory of Everything Part 1
  • Patterns
  • The Prodigy's World
  • The Teacher's Discovery
  • Love and Envy
  • Progressive Waves
  • The Gift
  • The Eleventh Dimension
  • Inertia
  • The Theory of Everything Part 2
  • The Consultation
  • Diagnosis
  • The Argument 1
  • The Rival's Dilemma
  • Surface Tension
  • Reason To Live
  • Potential
  • Quantum Chaos
  • Dark Medecine
  • Alive!
  • The Prediction
  • Fluctuations
  • Transformation
  • Collision
  • Side Effects
  • Frequency Modulation
  • Magnetism
  • Quid Pro Quo
  • String Theory
  • Fortune?
  • Mirror Of Dreams
  • The Lighthouse
  • The Argument 2
  • The Parting
  • The Visitation
  • The Breakthrough
  • The Note
  • The Uncertainty Principle
  • Dark Energy
  • The Theory of Everything part 3
  • The Blackboard (reprise)

Formation en 1995

Arjen Anthony Lucassen []

Arjen Lucassen revient avec un nouveau opéra métal progressif et son maître projet Ayeron, The Theory of Everything.

Human Equation semblait devoir être le tout dernier, mais last but not least, voici un double album avec son incroyable quantité d’artistes invités prestigieux :

Les chanteurs :
JB (Grand Magus),Sara Squadrani (Ancient Bards), Michael Mills (Toehider), Cristina Scabbia (Lacuna Coil), Tommy Karevik (Kamelot, Seventh Wonder), Marco Hietala (Nightwish, Tarot) et
John Wetton (Asia, King Crimson).

Les musiciens :
Ed Warby (Hail of Bullets, Gorefest) – batterie, Rick Wakeman (Yes) – claviers, Keith Emerson (Emerson Lake and Palmer) – claviers, Jordan Rudess (Dream Theater) – claviers, Steve Hackett (Genesis) – guitare, Troy Donockley (Nightwish) – Whistles, Uilleann pipes, Ben Mathot – violon, Maaike Peterse (Kingfisher Sky) – violoncelle, Jeroen Goossens (Flairck) – flûtes et piccolo, Siddharta Barnhoorn – orchestrations, Michael Mills (Toehider) – Irish Bouzouki, Wilmer Waarbroek – choeurs, Arjen Anthony Lucassen – guitares, basse, mandoline, synthé analogiques, orgue Hammond, Solina Strings.

Un double album de quarante deux titres, musicalement plus homogène que la plus grande part des autres Ayreon, également plus progressif ce qui explique peut-être le choix des artistes, qui cette fois ci viennent moins du monde métal. Plus harmonique, moins rentre dedans, voila qui devrait ravir les progueux et faire râler les plus métaleux. Ceux qui sont au centre vont se régaler.

Les parties folks, chères à Arjen, même si elles existent toujours sont moins typées que dans les précédents opus, il en va de même pour les riffs métal. The Theory of Everything, comme la théorie des forces de la physique unifiées, se retrouve plus cohérent que les autres histoires science fictionnesques du grand compositeur blond.
Justement, ce qui me dérangeait parfois dans Ayreon, c’était cet apparent chaos musical qui régnait sur certain albums, là je suis clairement comblé.

Arjen reste Arjen, et que vous écoutiez Ayreon, Star One, Guilt Machine ou son dernier album solo, vous retrouverez fatalement les mêmes habitudes musicales de l’artiste. Des sons de claviers, quelques riffs de guitare, les petites touches folks, des voix féminines délicieuses et des constructions que seul Arjen sait faire cohabiter.

Sur ce nouvel album, il y a moins de chanteurs que d’ordinaire, sept personnages JB le professeur, Sara Squadrani la fille, Michael Mills le père, Cristina Scabbia la mère, Tommy Karevik le prodige, Marko Hietala le rival et John Wetton le psychiatre qui jouent cet opéra rock moderne où se combinent science et humanité.

L’album est construit en quatre pièces de plus de vingt minutes chacune, nommées Phase I à IV, Singularity, Symetry, Etanglement et Unification, chacune se décomposant en sous parties musicalement assez variées. Mais comme je l’ai déjà dit, sur The Theory Of Everything, il n’y a pas franchement de rupture entre les morceaux, pas de grand saut, de métal dense au folk bondissant. Les voix elles-mêmes possèdent des timbres relativement proches, pas de grand écart à attendre là non plus.

Vous allez pourtant entendre du violoncelle, du picolo, des violons, un bouzouki irlandais (sorte de guitare au ventre très large), des flûtes, une mandoline et bien d’autres surprises.

Dès le prologue, j’ai su que cet album allait être différent, le bruit de la mer puis deux très belles voix se répondant sur une musique paisible, en quelques secondes, Arjen m’avait happé dans son histoire, un tour de force pour un vieux routard comme moi.

Le concept ? Comme souvent chez Arjen, il mélange science et humanisme.

Tout commence par l’histoire d’un enfant presque autiste, fils d’un brillant savant travaillant sur la réunification des forces fondamentales et totalement absorbé par ses recherches.
Un jour, enseignant découvre, un peu par hasard, que le garçon est en fait un un génie perturbé par sa perception aiguë du monde et des lois mathématiques et physiques qui le régit.
The Theory of Evereything parle de l’amour d’un père pour son fils, de l’isolement d’un génie, d’une découverte extraordinaire, des gens, de la science, de la fiction, une belle histoire dont je vous laisserai découvrir la suite avec le livret.

Bon vous avez le début de l’intrigue, et la musique alors ? Je ne vais pas résumer quarante deux titres ici, désolé, même si l’œuvre le mériterait. D’ailleurs je me trouve bien gêné à dégager réellement un moment plus fort qu’un autre, plus virtuose, tant l’ensemble est cohérent et indissociable.
Comprenez le bien, quand vous aurez l’album, préparez six heures de totale liberté minimum, car après la première écoute, une seconde s’imposera avec le livret pour suivre l’histoire, puis au moins une troisième les yeux fermés à déguster l’ensemble.

En quelques mots, prenez le meilleur de ce qu’a écrit Arjen, ajoutez-y les claviers de Wakeman, Emerson et Rudess (oui ça claque quand même), la guitare de Hackett (tuerie), Ed à la batterie, Arjen à la guitare la basse et claviers, tout pleins d’instruments classiques et folkloriques joués par de nombreux invités, mélangez ces ingrédients en respectant bien les dosages, laissez mijoter à petit feu pendant près de deux heures et vous obtiendrez une merveille, The Theory Of Everything.

Je ne peu résister à placer juste un petit mot sur String Theory, la théorie de cordes. Si vous n’êtes pas scientifique, sachez que c’est le nom d’une théorie mathématique et physique visant à unifier la physique quantique et la physique classique. Ce tout petit instrumental d’une minute et quelques fait penser à une musique de film, très Alien le huitième passager, avec ses instruments à cordes dans les mineurs, tout dans l’attente. Une merveille. Mais ce n’est qu’un exemple, l’album fourmille de ce genre de perle.

Pas de doute, il s’agit pour moi du meilleur des meilleurs Ayeron, le meilleur de ce qu’à écrit Arjen également. Bien entendu c’est sans doute aussi parce qu’il s’agit de ce qu’il a composé de plus progressif depuis le début de sa carrière, mais également de plus mélodique.

Alors oui, je suis un fan de Arjen, je ne vais pas le cacher, mais pas forcément de tous les albums de Ayreon et pour tout avouer il m’en manque même deux dans ma discothèque. Mais là franchement, même si je me fais violence pour rester objectif, je n’arrive qu’à trouver des qualité à ce nouvel opus de Ayreon. Chapeau Arjen !

Vous aimez Ayreon ? Il vous le faut ! Vous ne connaissez pas Ayreon, commencez par cet album.


Rédigé par Jean-Christophe le 12/10/2013
Commentaires

J'ai vraiment découvert Ayreon avec cet album et c'est vraiment extraordinaire. Mélange de violence et de douceur à travers des personnages attachants qu'on suit pendant une heure et demi :)
Le 26/12/2013 par Meneziz

Je plussoie: cet album est très bon, largement meilleur que le précédent
Le 21/11/2013 par Alias

chronique très alléchante, s'il en est!!!! quelle est la date de sortie de ce disque?
Le 15/10/2013 par CHFAB

Je suis certain que tu ne seras pas de mon avis CHFAB 8-)

Sortie le 28 octobre non ?
Le 15/10/2013 par Neoprog