Neoprog.eu
Menu

Transiberiana
Banco del Mutuo Soccorso - Transiberiana
Titre : Transiberiana
Groupe : Banco del Mutuo Soccorso
Sortie : 2019
Label : Inside Out Music
Format : CD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Stelle Sulla Terra
  • L'imprevisto
  • La Discesa Dal Treno
  • L'assalto Dei Lupi
  • Campi Di Fragole
  • Lo Sciamano
  • Eterna Transiberiana
  • I ruderi del gulag
  • Lasciando Alle Spalle
  • Il Grande Bianco
  • Oceano: Strade Di Sale
  • Metamorfosi (Live at Festival Prog di Veruno 2018)
  • Il ragno (Live at Festival Prog di Veruno 2018)

Vittorio Nocenzi [chanteur,clavier], Filippo Marcheggiani [guitariste], Nicola Di Già [guitariste], Marco Capozi [bassiste], Fabio Moresco [batteur], Tony D’Alessio [chanteur]

Si vous avez placé, depuis 1969, un capital musical admiratif à l’indestructible Banco del Mutuo Soccorso et que depuis vous n’avez jamais été déçu par les intérêts qui vous ont été versés au fil du temps, alors sachez que Transiberiana vous apportera sans nul doute une substantielle plus value.

Banco del Mutuo Soccorso

Transiberiana est le premier album studio de cette légende du rock progressif italien depuis 1994 même si le groupe n’a cessé, jusqu’à aujourd’hui, de se produire sur scène avec leur inépuisable énergie et leur passion indéfectible ; le line up a (malheureusement) évolué puisque le charismatique chanteur Francesco Di Giacomo décéda en 2014 dans un accident de la route et que, après une longue maladie, le guitariste historique du groupe, Rodolfo Maltese quitta le groupe en 2015. Pour ce nouveau départ, Tony D’Alessio devient le nouveau chanteur, Filippo Marcheggiani assure les parties de guitare et le membre fondateur, Vittorio Nocenzi, associe ses deux fils à la réalisation de l’album, Michelangelo en tant que co-auteur et Mario Valerio en responsable de la communication et du marketing.

C’est sous la forme d’un concept album que cette production voit le jour ; celui ci traite essentiellement du voyage de la vie, avec de nombreuses références autobiographiques (la pochette elle-même est un clin d’œil au premier album) mais est, en même temps, un manifeste musical résolument tourné vers l’avenir.
Le titre d’ouverture ‘Stelle Sulla Terra’ m’a laissé d’emblé dubitatif, avec ses trois parties aux enchaînements décousus, même s’il a le mérite de nous faire découvrir la qualité de chant de Tony D’Alessio, puissant, parfois enveloppant, expressif mais ne tombant jamais dans des tonalités théâtrales d’une autre époque ; rassurez-vous, tous mes doutes ont été levés par la suite, la construction de l’album étant une alternance de titres forts et des plages plus calmes ; des titres forts et énergétiques donc où les instrumentistes font feu de tout bois, claviers et riff de guitares tranchants, comme dans ‘L'assalto Dei Lupi’ et son passage jazzy, ‘La Discesa Dal Treno’ et sa surprenante rythmique ethnique, ‘Lo Sciamano‘ et sa folle montée en puissance, ou encore dans ‘I ruderi del gulag’ qui est une véritable perle progressive.



La catégorie des titres plus calmes offre un spectre musical très intéressant, avec des passages rafraîchissants comme le sucré de ‘Campi Di Fragole’ ou l’instrumental ‘Lasciando Alle Spalle‘ mais, et surtout, les impressionnants ‘Eterna Transiberiana’ et ‘Il Grande Bianco’, gorgés de sensibilité, d’émotion, de lyrisme qui combleront tous les amateurs de rock progressif tant ils sont magnifiquement construits et interprétés (Ah ! La langue italienne est parfaite dans ce registre !).
Enfin le groupe a ajouté deux titres classiques des années 70 enregistrés en direct, ‘Metamorfosi’ et ‘Il ragno’, sûrement pour faire la démonstration que passé et présent seront au rendez-vous de leurs prochaines prestations, élargissant ainsi leur auditoire.

Alors, au final, allons-nous signer un chèque en blanc au Banco del Mutuo Soccorso ? La réponse est oui même si les onze titres qui composent cet opus vont vous laisser l’impression bizarre d’avoir le cul entre deux chaises et oscillent, tour à tour, dans un paradoxal confort musical et une tension des plus crispantes, une complexité, signe de richesse, qu’il vous faudra intégrer.
Les indéfectibles tifosi constateront que le côté nostalgique de la musique de la formation transalpine en a fait les frais mais adhéreront sans nul doute à ce projet, au son de notre époque, fort et moderne; pour tous les autres amateurs de progressif Transiberiana est hautement recommandable et à découvrir sans apriori.


Rédigé par François le 17/05/2019
Commentaires
Aucun commentaire
Discographie
Soutenez Neoprog
Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties