Neoprog.eu
Menu

Earthborn Evolution
Beyond Creation - Earthborn Evolution
Titre : Earthborn Evolution
Groupe : Beyond Creation
Sortie : 2014
Label : Season of Mist
Format : CD
Genre : Metal

La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Elusive Reverence
  • Sous la lueur de l'empereur
  • Earthborn Evolution
  • The Great Revelation
  • Neurotical Transmissions
  • Abstrait Dialog
  • The Axiom
  • L'exorde
  • Theatrical Delirium
  • Fundamental Process

Formation en 2005


Earthborn Evolution

Beyond Creation - Montréal - Québec - 2005

Genre : technical death métal

Discopgraphie :

Demo - 2010
The Aura - 2011
Earthborn Evolution - Season of Mist - octobre 2014

Formation :

Simon Girard : chant et guitares
Kevin Chartré : guitares
Dominic Lapointe : fretless basse
Philippe Boucher : batterie

Que vient faire du death encore ici ? Attention, attention, il s’agit de technical death, ne mélangeons pas tout. Beyond Creation, derrière le growl et la batterie très dense, c’est de la dentelle de guitares et de basse, raison pour laquelle il arrive jusqu’ici. Et puis cela fera plaisir à nos amis québécois qui nous lisent, que l’on parle un peu de temps à autre de leur scène métalleuse.

Ici, le growl et la double pédale font loi, densité sonore qui n’exclue par virtuosité quand l’instrumental prend le pas sur le chant. Du death metal qui emprunte beaucoup au monde du jazz ne vous déplaise, du moins en studio (soyons prudent, des fois il arrive d’avoir des surprises sur scène avec ce genre de death).

Earthborn Evolution avec ses dix morceaux ne dépasse pas quarante-sept minutes, à part le dernier titre “Fundamental Process” qui s’étire un peu, le format est donc très convenu, mais ce n’est pas du métal prog non plus.

Le growl de Simon est du growl, si vous n’aimez pas ce genre de chant, il ne vous le fera pas aimer d’avantage car il n’apporte que peu au genre, neutre dirons-nous. La batterie de Philippe est très nerveuse, maintenant un rythme effréné presque tout au long de l’album. Le mastering tiré vers le haut du spectre vous évite la submersion de basses et rend la lecture des titres assez aisée malgré l’évidente densité musicale. Les guitares surfent sur le sommet des crêtes des fréquences, des poignées de notes à la seconde, on parle bien de technical death metal, il y a donc un peu de démonstratif dans le jeu fatalement, mais rien de gratuit pour autant, et quand le toucher vire au jazzy, cela devient excellent. Sous le couvert d’un métal brutal, le quatuor livre une écriture parfois très fine qui plaira à ceux qui savent écouter, comme sur “Technical Delirium” où ces structures sont mises pour une fois en premier plan.

Je vous mentirais en affirmant que j’arrive à faire la nuance entre les morceaux lorsque le chant entre en jeu, il me faut attendre les passages instrumentaux comme celui délicat de “Sous la lueur de l’empereur” pour goûter pleinement l’écriture du groupe, mais je ne suis pas non plus parfaitement calibré pour l'exercice, pas de tatouage, pas de piercing, une paire de lunettes et un blouson bien sage. Un pépé quoi…

“Earthborn Evolution” qui donne son nom à l’album suivi de “The Great Rebelion” devrait ravir les amateurs de musique un peu sophistiquée, deux growls, un démoniaque l’autre gremlins, des guitares et une basse jouant un trio fabuleux, mélodique et technique à la fois et la batterie moins frappée mais toujours très nerveuse qui remplit tout les silences.

“Abstract Dialog”, l’instrumental de l’album, est une belle façon d’aborder le technique de ce quatuor, avec le jeu de la basse, des guitares et de la batterie qui se répondent.

“Theatrical Delirium”, après un début growl, va s’aventurer sur un terrain jazzy heavy metal fabuleusement bon, où si vous ne vous en étiez pas encore rendu compte, les musiciens mettent en avant leur savoir-faire et leur technique. le titre me scotche au mur avec ses dernières secondes de guitares lumineuses.

Si le groupe joue de cette manière en live, avec la même balance, sans charger les basses et forcer le volume, cela peu être sublime. Si, comme bien souvent dans le death, ils saturent le spectre, toute la beauté de leur musique se résumera à la double pédale, le growl et un peu de basse. Alors gaffe au son en live. Amateurs de death éclairés, découvrez ce bel album très musical. je n’adhère pas à tout, c’est un peu dense pour moi, mais ces gars de Montréal que je salue au passage, sont diablement talentueux. Peut-être qu’en vieillissant, ils se calmeront et mettront leur technicité au service d’une musique plus mélodique, qui sait, un métal prog jazzy virtuose ?

Facebook : https://www.facebook.com/BeyondCreationOfficial

Vidéo officielle :



Rédigé par Jean-Christophe le 12/11/2014
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
  • 22/02/2020 - OSM - Fire Master Convention - Chateauroux
  • 25/02/2020 - OSM - Rock N Eat - Lyon
  • 27/02/2020 - SAGA - Substage - karlsruhe
  • 28/02/2020 - OSM - Secret Place - Saint-Jean-de-Védas
Prochaines sorties