Neoprog.eu
Menu

Stormborn
Bloodbound - Stormborn
Titre : Stormborn
Groupe : Bloodbound
Sortie : 2014
Label : AFM Records
Format : CD
Genre : Metal

La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Blood Tale
  • Satanic Panic
  • Iron Throne
  • Nightmares From The Grave
  • Stormborn
  • We Raise The Dead
  • Made Of Steel
  • Blood Of My Blood
  • When The Kingdom Will Fall
  • Seven Hells
  • When All Lights Fail

Formation en 2004

Patrik Johansson [], Tomas Olsson [], Fredrik Bergh [clavier], Henrik Olsson [], Pelle Åkerlind [batteur], Anders Broman []

Bloodbound est un groupe de power/heavy metal, fondé en 2004 dans la ville de Bollnäs en Suède. Il est assez rapidement repéré par une partie du public grâce à son power metal somme toute assez classique mais décidément efficace. Ce qui fait pourtant le succès de ce groupe s'avère aussi sa limite car la formation peine un peu à s’affirmer pour de bon dans le monde du métal, à cause d’un certain manque d’originalité. Après 5 albums écoulés, il reste aux yeux de nombreux fans un groupe de seconde division (ou moins) dans le power metal. En 2014, c’est leur 6e album qui trouve une place dans les bacs, sous le nom de Stormborn. Il s’agit, entre autre d’un concept-album portant sur la célébrissime série Game of Thrones.

Le premier contact avec une telle formation, a priori perdue dans la masse du power metal, s’avérait intéressant. Bloodbound dégageait une impression bien particulière : celle d’un groupe qui ne se prend pas totalement au sérieux. Un simple regard sur la jaquette et sur le gentil démon en bermuda, alors en pleine prise d’élan, qui l’orne ; qui nous dit presque de son regard malin : “On va envoyer la pâtée” ; tout ça donne l’envie de venir prendre du plaisir aux rites sataniques que nous ont préparés ces joyeux diables de Bloodbound. Un volcan en éruption, des flammes tellement nombreuses que le Diable lui-même y brûlerait : voilà une couverture qui ne se prive pas d’abuser intentionnellement de l’imagerie du power metal pour mieux s’en amuser. Le nom des titres, lui aussi force un sourire en coin : “Satanic panic”, “Nightmares from the Grave”, “We Raise the Dead”, “Made of Steel”, “Blood of my Blood” ou encore “Seven Hells”, une véritable débauche de la culture métal telle qu’on ne l’avait plus vue depuis les premiers albums de Black Sabbath ou d'Iron Maiden. Enfin, si ces quelques exemples peinent à convaincre les plus sceptiques, puissent-ils jeter un œil sur le clip de “Stormborn”, qui offre une véritable caricature du power metal. Les effets spéciaux du fond vert, la gestuelle outrancière du chanteur, la soufflerie artificielle, les clichés de l’heroic fantasy, le groupe jouant au bord d’un gouffre en contre-plongée etc., c’est un spectacle à ne pas manquer pour bien se plonger dans l’ambiance de l’album. Partant de ce postulat, on ne pouvait que se régaler à l’idée d’écouter une musique possiblement à la hauteur de cet humour sincère et autodérisoire.

La découverte de Bloodbound, il est vrai, est loin d’être malheureuse. Elle l’est d’autant moins ainsi débutée, par ce qui semble être l'album du salut. En vérité Stormborn, contrairement à ses nombreux prédécesseurs, donne enfin l’élan nécessaire à Bloodbound pour entamer un plus large succès. Sans pour autant se départir d'un manque d’originalité certain, le groupe s’éloigne tout de même de ses anciennes productions grâce une accélération du tempo, un mixage moins fade et des structures musicales plus dynamiques. Les changements opérés sont très efficaces, et les résultats sont tels que certaines chansons comme “Nightmares from the Grave”, “We Raise the Dead” ou “Blood of my blood” frôlent l’addiction. Bloodbound y exploite pleinement cette fameuse recette, faite de riffs véloces, de soli très couillus et de refrains entêtants : assurément, la majorité de Stormborn est faite de cette matière-là. La formation suédoise ne se perd pas dans de trop grandes ambitions, confinant à loisir toute son énergie dans des morceaux courts et frais. Certes, le très classique format de radio qui prédomine sur tout l'album n’est pas sans répétition ; mieux vaut pourtant un groupe qui sait exploiter les ressources à l’intérieur de ses limites, que le contraire.
Le point fort de cet album, avant tout, réside dans les soli que Tomas Olsson et son frère Henrik nous prodiguent dans la quasi-totalité des morceaux. Les deux hommes se complètent à merveille, si bien que la seconde guitare finit par devenir aussi jubilatoire que le soliste lui-même. Grâce à des progressions d’accords très inspirées, le guitariste adjuvant parvient à enrichir le solo, à défaut de seulement le soutenir. Cette atout témoigne bien de la maturité acquise par la formation au cours de toutes ces années, une expérience qui commence à porter ses fruits, désormais.

Nombreux sont les morceaux qui permettent l'entretien d'une réelle sympathie à l’égard de cet album : le puissant “Nightmares from the Grave”, le brûlot “Made of Steel”, les orgues de “Satanic Panic” ou encore “When all Lights Fail”, hymne idéalement placé à la fin du track-listing. Mises à part quelques fautes de goût, comme les chœurs d’enfants de “Nightmares from the Grave”, l’introduction “Bloodtale” ou l’abus de voix synthétiques, rien n’est vraiment à jeter dans ce disque. Quoique parfois transcendé grâce aux soli de ces messieurs Olsen, Stromborn surtout, offre une musique sans prise de tête ainsi qu’un headbanging facile. L’album échoue quand même sur un point capital : son identité musicale. Les influences décelables y sont à la fois trop nombreuses et trop ostentatoires. Du Sabaton, du Powerwolf, un brin de Judas Priest, «”We raise the dead” et ses faux airs de Maiden, sans parler d’autres groupes que l’on retrouve par miettes sur l’ensemble du disque. Se laisser abuser, pour moi qui ne suis pas fameux connaisseur de métal, voila une chose, mais d’autres qui ont les groupes bien en tête seront sûrement beaucoup moins convaincus. Le vrai défi à relever pour Bloodbound avant plus de succès est donc de trouver une réelle identité musicale. A ce titre, Stormborn pourrait peut-être s’imposer comme un album de transition pour le futur.

Site : http://www.bloodbound.se/

Facebook : https://www.facebook.com/bloodboundmetal

Vidéo officielle :


Rédigé par Luc le 19/02/2015
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
  • 27/02/2020 - SAGA - Substage - karlsruhe
  • 28/02/2020 - OSM - Secret Place - Saint-Jean-de-Védas
  • 29/02/2020 - SAGA - Z7 - Pratteln
  • 29/02/2020 - Sons of Apollo - Rock Shop GmbH - Karlsruhe
Prochaines sorties