Neoprog.eu
Menu

Dawn of Eternity
Crystal Palace - Dawn of Eternity
Titre : Dawn of Eternity
Groupe : Crystal Palace
Sortie : 2016
Label : The Gentle Art of Music
Format : CD
Genre : Néo-progressif
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Dawn
  • Confess Your Crime
  • Eternal Step
  • Any Colour You Need
  • Daylight After the Rain
  • Fields of Consciousness
  • Hearts on Sale
  • Eternity
  • All of This
  • Sky Without Stars
  • The Day That Doesn't End

Formation en 1994

Nils Conrad [guitariste], Frank Köhler [clavier], Yenz [chanteur,bassiste], Tom Ronney [clavier,batteur]


Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, Crystal Palace ne nous vient pas d’Angleterre mais d’Allemagne, et plus particulièrement de Berlin. Bien qu’existant depuis 1992 et déjà auteur de sept albums, je n’en ai entendu parler qu’en 2013 avec la sortie de leur sixième album, Systems of events. Il faut dire qu’ils venaient d’être signés par le label créé par RPWL, Gentle art of music. Nous retrouvions d’ailleurs sur l’album et à la production Kalle Wallner et Yogi Lang. Colin Edwin (Porcupine Tree) apparaissait aussi en tant qu’invité.

Crystal Palace a connu beaucoup de changements de personnel durant son existence, et cela a encore été le cas récemment avec le départ du batteur Frank Brennekam pour raisons de santé. Il a été remplacé par Tom Ronney. Les autres membres sont le bassiste-chanteur Yens Strutz, seul rescapé de la formation originale, le guitariste Nils Conrad ainsi que Frank Kölher aux claviers. Au rayon des invités, nous retrouvons cette fois le spécialiste de la touch-guitar Markus Reuter qui navigue dans la sphère King Crimson et Dominic Gröger qui partage le chant.


Yogi Lang est toujours présent au niveau de l’enregistrement de l’album.

Systems of events s’était révélé une bonne surprise, proposant une pop-rock progressive plutôt agréable. Les influences se faisaient cependant entendre, notamment RPWL mais aussi des zestes de Galahad, IQ, Porcupine tree ou Marillion.

Crystal Palace

Avec Dawn of eternity, Crystal Palace reste dans le même style musical, mais s’émancipe quelque peu de ces influences proposant un son plus personnel.

Onze titres composent l’album pour un total dépassant l’heure de musique. Le premier ‘Dawn’ est cependant plus une introduction aux synthétiseurs et le huitième ‘Eternity’ plus une transition instrumentale.

Il nous reste donc neuf vrais titres dont la durée oscille entre trois et plus de huit minutes, donc plus concis que sur l’album précédent qui comprenait trois titres de plus de dix minutes, et ce n’est pas pas forcément une mauvaise chose.

La rythmique est beaucoup plus mise en avant que sur son prédécesseur, que ce soit au niveau des compositions ou au niveau du mixage. Et dans ce registre là un ‘Sleepless’ sur Systems of events reste supérieur à tous les titres de cet opus. Les claviers et la guitare sont plus en retrait au niveau des mélodies. La guitare est par contre très présente au niveau des soli, très nombreux et plutôt inspirés même s’ils restent la plupart du temps dans le même registre, sauf à quelques occasions comme sur l’excellent ‘Fields of consciousness’ où le solo se fait plus tranchant et propose des sonorités différentes. Si les claviers ne sont pas vraiment mis en avant, le travail effectué au niveau du son est plutôt intéressant et moderne.

Le style musical varie entre nėo-prog avec des titres comme ‘Eternal step’ avec son rythme à la IQ et pop-rock prog à la RPWL (‘Any colour you like’ ou ‘Sky without stars’) ou à la Pink Floyd version Gilmour (‘The day that doesn’t end’).

Le court ‘Daylight after the rain’ voit la participation de la touch-guitar de Markus Reuter qui donne une couleur acoustique à cette ballade.

‘Hearts on sale’ prend des allures plus pop avec sa mélodie et son refrain accrocheurs.

‘Confess your crime’ et ‘All of this’ s’appuient sur des riffs plutôt musclés avec quelques courts passages plus atmosphériques et délicats.

Avec ce Dawn to eternity, le style musical de Crystal Palace reste proche de celui de RPWL mais surtout dans le coté plus dur de celui-ci, ce qui n’empêche pas quelques passages calmes et émotionnels. Si ce dernier opus a l’avantage de proposer un son plus personnel, je préférais les compositions davantage variées de Systems of events, à l’exception peut-être du morceau titre de ce dernier qui s’étirait inutilement en longueur. Cependant, c’est bien produit, construit et interprété. Il devrait pleinement combler les fans du groupe précité, mais il manque cependant la petite étincelle qui fait la différence.

Facebook : https://www.facebook.com/Crystal-Palace-Music-153725831305424

Album teaser :


Rédigé par Jean-Noël le 30/06/2016
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog
Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties