Neoprog.eu
Menu

This One's for England
Discipline - This One's for England
Titre : This One's for England
Groupe : Discipline
Sortie : 2014
Label : Strung Out Records
Format : CD
Genre : Rétro prog

La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Circuitry - live
  • Before The Storm - live
  • Blueprint - live
  • Dead City - live
  • When She Dreams She Dreams In Colour - live
  • Band Intros - live
  • Canto IV (Limbo) - live
  • The Reasoning Wall - live
  • Rogue - live



Plus question de présenter l’un des groupes les plus importants des années 90 concernant le renouveau progressif, à part peut-être pour les deux ou trois déviants qui continuent à remugler en boucle au fond de la classe !
Discipline, quatuor américain, emmené par l’unique et exceptionnel Matthew Parmenter, a marqué profondément son époque avec un album en particulier, Unfolded Like Staircase, sorti en 1997, après un premier effort convainquant sans doute (Push And Profit) mais un peu sage (une autre parution également, pour le 25ème anniversaire des premiers pas du chanteur, malheureusement anecdotique, et chère, donc passez votre chemin !).
1997 est l’année de tous les espoirs pour le rock progressif : entre Flower Kings, Spock’s Beard et Porcupine Tree sortait donc ce chef-d’œuvre, réanimant la flamme délicieusement triste et révoltée du meilleur Van Der Graaf Generator, dont Parmenter, en plus d’en retrouver l’ambition musicale, faisait montre de prouesses vocales, creusant ses textes au plus profond de la psyché humaine, entre espoir, réflexion et amertume, à l’instar du géant Peter Hammill… Rien que ça !… En effet, la voix du leader de Discipline est capable d’une palette très large, quelque part entre Thom Yorke et Curt Cobain, passant de la douceur extrême à la rage la plus organique. D’aucuns penseront qu’il en fait trop, mais c’est compter sans l’immense sincérité avec laquelle il exprime ses doutes et sa torpeur. Le précédent, au bas mot, se nommait Fish, c’est dire !
Depuis, son groupe qui rappelons-le est non professionnel (!) a connu des périodes de dissolution tacite, faute de temps, d’argent, d’énergie aussi, du fait d’une famille, d’un job, d’un toit à payer etc… Entre-temps, et à plusieurs reprises, des enregistrements live paraissaient, parfois très bons (Live Into The Dream), mais manquant souvent cruellement d’une production sonore digne de ce nom, reprenant assez souvent la même set-list, où les quelques rares inédits rappelaient davantage le versant pop-soul des débuts… Donc un peu frustrant !
Et puis et puis ! Parmenter avait publié deux splendides albums solos, avant de relancer la machine. On n’y croyait plus ! “To Shatter All Accord” parut en 2011, rajoutant au répertoire deux monuments de noirceur, de mélancolie et de force, que n’auraient pas renié l’Anekdoten des débuts, ou bien encore le King Crimson période Starless, ou comment Genesis aurait pu rencontrer VDGG !…
Et voici que 2014 résonne enfin comme l’année du live enfin digne de ce nom ! Double CD de surcroît, enregistré en 2012, à Gettysburg, histoire que les néophytes puissent mesurer le talent si exceptionnel de Discipline ! Enfin le son est au niveau de l’évènement, enfin le public est audible, la prestation à la hauteur, quand au choix des compositions, il est tout bonnement renversant, reprenant l’intégrale des désormais classiques “Canto IV” et “Before The Storm” (deux fois 15 mn de pure magie), agrémentés de pièces neuves ou presque, en guise de respirations, pour enfin livrer les deux fameux du dernier album : “When She Dreams She Dreams In Colour” et son final absolument dantesque, écrasant tout sur son passage, et terminer pour achever l’auditeur (littéralement !) avec “Rogue”, colosse indépassable, montée cataclysmique, dont il sera assez difficile de se remettre, si ce n’est en le rejouant !
Comment ne pas évoquer le talent des musiciens ; John Preston Bouda en tête, guitariste magnifique, tirant de sa Gibson un feeling rare, si rare, tutoyant les Latimer et consort, la batterie (LE point noir du disque précédent, dont certains breaks avaient été effectués aux pads électroniques !) au jeu proprement époustouflant de Paul Dzendzel, qui n’a jamais été aussi bon, qui semble être omniprésent avec la très solide basse de Matthew Kennedy, enfin les arpèges délicats et précis au piano et orgue de Parmenter. Nous avons déjà tout dit sur son chant. Le fait remarquable, enfin, pour terminer, d’avoir su rendre compte d’une musique aussi intelligente, aussi construite, et arrangée si subtilement, d’avoir réussi à la faire véritablement déborder, pour que votre bonheur soit définitivement à son comble… Je vous le dis, ce live va vous hanter !
Une chose me chagrine pourtant beaucoup : PERSONNE, j’ai bien dit PERSONNE n’a relayé ce disque l’année passée, comme si : soit tout le monde s’en foutait, soit personne n’a su !!!! C’est donc piiiire !
Je vous en prie, rétablissez ce manquement artistique majeur, en vous procurant ce live, et en le partageant. Cette fois-ci c’est pour l’Angleterre !!!
Une autre et dernière très bonne nouvelle : le groupe existe encore et prépare actuellement son quatrième album ! Ne passez pas à côté !
Indispensable.

Site : http://www.strungoutrecords.com

Facebook : https://www.facebook.com/DisciplineBand

Vidéo officielle :


Rédigé par Fabrice le 10/02/2015
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties