Neoprog.eu
Menu

Hymns for the Broken
Evergrey - Hymns for the Broken
Titre : Hymns for the Broken
Groupe : Evergrey
Sortie : 2014
Label : AFM Records
Format : CD
Genre : Métal progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • The Awakening
  • King of Errors
  • A New Dawn
  • Wake a Change
  • Archaic Rage
  • Barricades
  • Black Undertow
  • The Fire
  • Hymns for the Broken
  • Missing You
  • The Grand Collapse
  • The Aftermath
  • Hymns for the Broken (Piano Version)
  • Barricades (Piano Version)
  • These Scars (Piano Version)


Hyms for the Broken

Evergrey

Suède, 1996

Genre : power progressif

Discographie :
The Dark Dicovery, 1998
Solitude – Dominance – Tragedy, 1999
In Search of Truth, 2001
Recreation Day, 2003
The Inner Circle, 2004
A Night to Remember, live, 2005
Monday Morning Apocalypse, 2006
Torn, 2008
Glorious Collision, 2001
Hyms for the Broken, AFM Records, 26 septembre 2014

Membres :
Tom S. Englund : chant, guitare
Henrik Danhage : guitare
Jari Kainulainen : basse
Jonas Ekdahl : batterie
Rikard Zander : claviers

Mixé par Jacob Hansen (Volbeat, Amaranthe, Primal Fear, Pretty Maids, Doro).

Les furieux de Göteborg ont failli s’endormir définitivement après de récents changements de line-up qui pouvaient commencer à donner le tournis aux fans et à susciter de la lassitude chez Englund ! Il faut dire qu’on arrive quand même, avec ce Hymns for the Broken, au dixième album depuis le premier du groupe en 1998…
Et voilà que, après les départs de deux des trois derniers arrivés sur Glorious Collision, on assiste, après un dépannage pour quelques concerts, aux retours de Henrik Danhage et de Jonas Ekdahl, pourtant partis d’Evergrey avant de se fâcher ! A croire que l’ambiance est revenue au beau-fixe. Décidément, nos Suédois, s’ils ont mis depuis pas mal d’années du prog dans leur power metal, semblent avoir encore la rage !
Cependant, je dois vous prévenir tout de suite, si le mixage de Jacob Hansen apporte une épaisseur indéniable (que je trouve personnellement un peu “too much”), et que “The Awakening”, le court morceau introductif (digne de Game of Thrones ou Vikings) peut faire penser à un disque franchement progressif, la galette est plutôt du style power metal/AOR. Certes, cela semble un poil plus musclé que Glorious Collision, mais bon…
Et “King of Errors” de confirmer cette impression avec, notamment, la vidéo ci-dessous. Evergrey semble avoir remis de la dopamine dans son jeu, ça s’entend, et le retour de Danhage et Ekdahl n’y est pas étranger ! La section rythmique appuie les tempi et les guitares sont brutales et speed sur les soli.
“A New Dawn” est du même acabit, nous rappelant les grandes heures du power metal. Un peu de chœurs grandioses et des samples de claviers veulent donner une touche moderne, les breaks sont courts et le refrain fonctionne, le tout sur un riff bien calculé… On n’est qu’au début, et on a l’impression d’avoir déjà entendu ce disque !
“Wake of Change” est une ballade à l’intro piano-violon où, là encore, les chœurs reconnaissables d’Evergrey donnent de l’épaisseur, sans emballer pour autant, d’autant que “Archaic Rage” qui suit est un peu bâti sur le même modèle…
“Barricades” nous ramène vers le muscle, mais les claviers technoïdes commencent à me filer des boutons, malgré une jolie prestation du bassiste, Jari Kainulainen. Ca peine à décoller, et la composition est un peu plate.
“Black Undertow” ne remonte pas le niveau et il faut attendre “The Fire” et ses chœurs enfantins pour que mes oreilles s’intéressent à nouveau à la galette conventionnelle de nos amis nordiques. C’est joliment tourné dans le style, ça envoie bien, le refrain est entraînant et les claviers ne me hérissent pas le poil…
Dommage, “Hyms for the Broken”, pourtant le morceau titre ramène vers la power-ballad où la voix d’Englund ne fait pas que des merveilles. Pourtant, l’impression est là : les musiciens ont l’air d’y prendre plaisir, mais la place prépondérante prise par Englund ne distille pas de magie ! Ce dernier veut nous la jouer larmoyant sur “Missing You”. Certes le piano n’est pas moche, mais le chant est vraiment caricatural de ce type de morceau où le chanteur veut tomber toutes les minettes présentes dans la salle. OK, il y a des petites culottes qui vont se mouiller, mais bon, vu que je suis plutôt, comme disait l’autre, sévèrement burné, ça ne le fait pas du tout.
Heureusement, “The Grand Collapse” ramène vers une lourdeur parsemée de claviers et de chœurs évaporés. Sans doute la composition qui se rapproche le plus d’un métal progressif digne de ce nom. Ouf ! Tout y est, les riffs saignent, la rythmique enfonce les clous sur la croix et même les claviers apportent leur touche d’originalité : ça breake, ça surprend un peu plus et les guitares partent en vrille aux 2/3 sur fond de bruit d’hélicoptère, enfin l’épique qu’on attendait à nouveau depuis “King of Errors” !
Hélas, trois fois hélas, l’album se conclut sur un “The Aftermath” dispensable, lourd et convenu…
Bref, vous aurez remarqué que je ne suis pas conquis par ce retour d’Evergrey, là où d’aucuns s’emballent et y voient un grand disque. Non, pour moi, c’est certes un bon disque, avec trois perles que sont “King of Errors”, “A New Dawn” et “The Grand Collapse”, mais c’est tout. Le reste est déjà entendu mille fois (ce qui n’est pas un problème en soi) mais la sauce ne prend pas et je trouve qu’Englund en fait trop. L’ensemble est trop pataud pour moi, je retourne à Monday Morning Apocalypse, purement power metal, mais tellement plus jouissif !


Rédigé par Togo_Chubb le 30/08/2014
Commentaires
Aucun commentaire
Prochains concerts
Prochaines sorties