Neoprog.eu
Menu

Torn Apart
Franck Carducci - Torn Apart
Titre : Torn Apart
Groupe : Franck Carducci
Sortie : 2014
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Torn Apart
  • Closer to Irreversible
  • Journey Throuh the Mind
  • Artificial Love
  • A Brief Tale of Time - I The Quest
  • A Brief Tale of Time - II Higher and Higher
  • A Brief Tale of Time - III 2078: Möbius Trip
  • A Brief Tale of Time - IV Back to Reality
  • Girlfriend for a Day
  • Mr Hyde & Dr Jeckyll
  • Artificial Paradises
  • School [bonus track]

Formation en 2010

Franck Carducci [chanteur,guitariste,bassiste] depuis 2010

Musiciens :

Franck Carducci : guitares, basse, claviers, sitar, piano,Mellotron, Moog, tambourin, chant
Mathieu Spaeter : guitares
Christophe Obadia : guitares
Michel Strobel : guitares
Steve Hackett : guitares
Olivier Castran : orgues, claviers
Richard Vecchi : orgues, claviers, piano, Mellotron
Laurent Falso : batterie
Ray van Oost : flûte
Fred Boisson : tablas
Mary Reynaud : chœurs
Nicolas Gauthier : chœurs
Julia & the AICS Sharks : chœurs

Franck Carducci, nous l’avons découvert avec son premier album Oddity en 2011, un disque en partie basé sur des morceaux écrits dès l’adolescence et pressés sur une galette sous l’impulsion de Steve Hackett lui-même. C’était le temps du rêve, des légendes et des livres, Homère, Lewis Caroll et d’autres, un album où planait encore un parfum d’innocence. Franck, alors installé à Amsterdam, avait beaucoup tourné sur scène avec Oddity, lui, son chapeau et ses musiciens de l’époque. Puis le temps est venu d’écrire un second disque, car la demande était pressante. Une période troublée pour l’artiste qui va fortement marquer sa composition. Séparation, exil à Lyon, loin de ses enfants, formation d’un nouveau groupe. Du rêve, Franck passe au monde adulte avec ses dures réalités. Le second album, c’est aussi et toujours un exercice difficile, la page blanche du musicien. Les chroniqueurs, le public, vont le juger, tout le monde l’attend au tournant. Nous en avions parlé lors de notre interview Chez Paulette le 4 octobre dernier, souvenez-vous.

Sincèrement, je ne pensais pas me prendre une telle claque en découvrant Torn Apart. Je m’attendais, disons, à un Oddity bis plus mature, mais non. Ce second album de Carducci va bien au delà de tout ce que j’aurais pu espérer. Tout d’abord c’est “Torn Apart” et “Closer To Irreversible” qui explosent à la première écoute. Sur les neuf titres, dont la reprise de “School” de Supertramp qui termine Torn Apart, il n’ y a que du bon. Franck revisite tous les genres avec bonheur : gros rock progressif, prog classique, space-rock, blues-rock… Des pièces longues, “Torn Apart” dans la veine Deep Purple avec ses orgues puissants, une basse bien en place, des guitares très présentes et la batterie carrée mais pas trop. Une section instrumentale qui arrive à point avec son changement de tempo. Un titre qui, dans sa version edit, touchera un large public et qui, dans sa version studio, ravira les amateurs de prog-rock un peu vintage. Une bombe pour débuter l’album qui vous laisse sans voix. “Journey Through The Mind” lancé par des rythmiques à la Genesis, un des longs formats les plus étonnants car il mélange allègrement les genres. Du prog classique avec des motifs dansants et plus légers qui rappellent un peu Oddity. Sur ce titre Franck fait intervenir un sitar, une flûte jouée par Ray van Oot et des tablas avec Fred Boisson. Le mélange surprend et fonctionne à merveille, c’est la compo vraiment originale de l’album. Vient du bon vieux néo-prog avec “A Brief Tale Of Time” , décliné en quatre parties, “The Quest”, presque a cappella, “Higher and Higher” qui débute un peu comme “Solsbury Hill” (guitare et basse), c’est la partie la plus longue du titre qui comprend même une sous-partie avec un petit clin d’œil à Genesis au passage, “2078: Möbius Trip”, passage électro-insdustriel ébouriffant digne de Terminator et “Back To Reality” qui nous ramène en planant dans le monde réel sur de belles notes de piano avec un court duo entre Mary et Franck. On en redemande. Enfin “Artificial Paradises”, la plus longue pièce, allusion baudelairienne, voit le grand retour du progressif à la Genesis. Un titre dédié à Carole Symons, saluant sa mémoire de magnifique manière. De grandes plages instrumentales servant un texte difficile.

Au milieu de ces géants, se glissent de petits timides. “Artificial Love”, un petit bout de rien qui devrait vous secouer néanmoins par le choix de la tonalité, la guitare et les claviers en fond. Je le passerais en boucle si je pouvais. “Girlfriend For A Day”, pause intelligente, titre léger, rapide avant s’essayer à la schizophrénie de “Mr Hyde & Dr Jekyll”, un morceau rock qui cache sous sa carrosserie chromée un refrain à angle plus arrondi. Et nous n’avons pas parlé de “Closer To Irreversible”, un titre blues-rock. Une fois encore Olivier fait ronronner l’orgue pendant que Steve Hackett se la joue bluesy sur la guitare, presque à contre-emploi sur un album prog, mais quel son. Jubilatoire ce solo.

Tradition oblige, Franck termine par une reprise, “School” de Supertramp, un cover plus exactement tant il reste fidèle à l’original.

L’équilibre de cet album frise la perfection entre rythme et planant, la quintessence du prog servie par de très bon musiciens. Les soli de guitare sont légion, les claviers brillants, la bête sonne magnifiquement, du lourd. Les emprunts sont légion dans les sons comme dans certaines constructions, c’est certainement pour cela que l’on se sent aussi à l’aise avec Torn Apart, comme dans des pantoufles, c’est le seul reproche que l’on pourra peut-être lui faire.

Franck a amplement réussi le pari du second album. Il a même dépassé toutes nos espérances. Torn Apart est un excellent album qui saura séduire un public très large, bien au delà du petit monde du rock progressif, ce qui ne devrait pas déplaire à notre Chapelier Fou. Reste à assister à leur nouveau show, qui, quand on écoute l’album, promet des étincelles. indispensable évidemment.

Site : http://www.franckcarducci.com/

Facebook : https://www.facebook.com/franckcarducci

Bandcamp : http://franckcarducci.bandcamp.com/

Vidéo officielle :


Rédigé par Neoprog le 09/01/2015
Commentaires
Aucun commentaire
Prochains concerts
  • 02/02/2018 - Out5ide - Chez Brigitte - Aspach le Haut
  • 04/02/2018 - Steven Wilson - Silo - Marseille
  • 06/02/2018 - Steven Wilson - Transbordeur - Villeurbanne
  • 22/02/2018 - Ange - L'Autre canal - Nancy
Prochaines sorties