Neoprog.eu
Menu

Invisible Touch
Genesis - Invisible Touch
Titre : Invisible Touch
Groupe : Genesis
Sortie : 1986
Label : Atlantic records
Format : CD
Genre : Pop progressive
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Invisible Touch
  • Tonight, Tonight, Tonight
  • Land of Confusion
  • In Too Deep
  • Anything She Does
  • Domino
  • Throwing It All Away
  • The Brazilian - instrumental

Formation en 1967
Dissolution en 2007

Peter Gabriel [] depuis 1967 jusque 1975, Tony Banks [clavier] depuis 1967 jusque 2007, Mike Rutherford [] depuis 1967 jusque 2007, Chris Stewart [batteur] depuis 1967 jusque 1968, Anthony Phillips [] depuis 1967 jusque 1970, Joachim Slikker [batteur] depuis 1968 jusque 1969, John Mayhew [batteur] depuis 1967 jusque 1970, Phil Collins [batteur] depuis 1970 jusque 1996, Phil Collins [batteur] depuis 2007 jusque 2007, Steve Hackett [guitariste] depuis 1971 jusque 1977, Ray Wilson [] depuis 1997 jusque 1998

Avec Invisible Touch, Genesis renonce à toute prétention progressive et offre ici un produit commercial bas de gamme.
'In Too Deep' fait penser à du Phil Collins, sauf que là on écoute Genesis, dommage de mélanger les genres. C'est un beau titre, mais pas du Genesis assurément.
La pièce maitresse de l'album est 'Domino' avec ses deux parties 'In The Glow Of The Night' et 'The Last Domino'. Ce titre sauve l'album du bruit de fond. Les claviers qui passent de fond suave à de vives percussions, un texte travaillé, moins expédié. La seconde partie est plus vive avec des changements de rythme. Cependant le titre est un peu longuet pour son contenu et on s'ennuie sur la fin.
'The Brazilian' est un insuportable instrumental bruit de casseroles portant la patte de Tony Banks qui a commis le même genre de chose pendant sa carrière solo.
Bref Genesis devient du Phil Collins à la sauce Tony Banks, ça ne marche pas très bien et à part Domino, le reste est de sans grand intérêt à insuportable.


Rédigé par Jean-Christophe le 03/04/2008
Commentaires
Aucun commentaire