Neoprog.eu
Menu

Le Moire
Hautville - Le Moire
Titre : Le Moire
Groupe : Hautville
Sortie : 2013
Label : SPQR
Format : CD
Genre : Néo folk

La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

    Formation en 2010

    Leonardo Lonigro [], Francesco Dinnella [clavier], Simona Bonavita []

    Hautville c’est du folk italien, “Le Moire”, c’est leur dernier EP cinq titres.
    Un groupe de néo folk progressif donc, formé en 2006 avec Leonardo L. aux guitares, Francesco D. aux claviers, Simona B. au chant et Paolo à la basse.

    Depuis 2010, Hautville a enregistré “No Milk For Babies” (je vous le recommande), “Numen Lumen” en 2011 et “Le Moire” que nous allons chroniquer en 2013.

    Dans la musique de “Hautville”, la guitare acoustique et le chant dominent mais les claviers ne sont jamais très loin, se glissant dans les compositions de manière plus ou moins discrète. Si vous n’y prenez pas garde, vous n’entendrez en effet que la guitare de Leonardo et la voix claire de Simona comme sur “pro Salerte Populi” et “Non Mi Rompete”.

    On ne m’enlèvera pas de l’esprit que Hautville possède un petit quelque chose de Nosound, outre l’appartenance au même beau pays. Les claviers de Francesco y sont certainement pour beaucoup, nappes discrètes mais très présentes qui deviennent piano sur “In Superficie”. C’est d’ailleurs sur ce second titre, que le côté folk s’efface pour laisser place à l’âme progressive du groupe, et inévitablement, il s’agit du morceau que je préfère avec “Le Moire”. La pièce est assez sombre, le chant récitatif est perlé de notes de piano et d’un peu de guitare électrique, je suis fan, entre Anathema et Nosound.

    Avec Hautville on est pas loin de Iza également. La légèreté des compositions acoustiques parfois très folk comme sur “Non Mi Rompetre” tranche avec les deux pièces plus progressives. Il faut prêter l’oreille et revenir plusieurs fois sur “Pro Salute Populi” pour y découvrir les éléments en second plan, ne pas se laisser hypnotiser par la guitare rythmique et le chant. La batterie avec ses roulements y joue un rôle majeur et les claviers, pourtant assez sobres, ne sont pas à négliger. L’apparente simplicité de l’écriture est trompeuse, et en écoutant bien, vous y découvrirez un univers nettement plus riche même s’il ne s’impose pas à vos oreilles.

    L’univers musical de Hautville est séduisant à condition de supporter la guitare rythmique et acoustique qui domine tout au long de l’EP. J’aimerais bien, comme sur “In Superficie”, entendre plus souvent un peu d’électrique. Les titres sont variés, légers ou plus sombres, la musique très bien jouée et le son de belle facture, bref on se fait plaisir. Par contre, je ne suis pas certain que mon attention resterait captivée sur un album complet, cet EP est donc le bon format pour moi.



    Rédigé par Jean-Christophe le 26/04/2014
    Commentaires
    Aucun commentaire
    Soutenez Neoprog

    Le magazine papier
    Magazine n°5 Magazine n°6
    Prochains concerts
    Prochaines sorties