Neoprog.eu
Menu

The Bell
Iamthemorning - The Bell
Titre : The Bell
Groupe : Iamthemorning
Sortie : 2019
Label : Kscope
Format : CD
Genre : Progressif
Achat : ici
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Freak Show
  • Sleeping Beauty
  • Blue Sea
  • Black And Blue
  • Six Feet
  • Ghost Of A Story
  • Song Of Psyche
  • Lilies
  • Salute
  • The Bell

Formation en 2010

Gleb Kolyadin [clavier], Marjana Semkina [chanteur]

Invités :
Vlad Avy: guitares (acoustique, électrique)
Zoltan Renaldi: basse, basse double
Svetlana Shumkova: batterie
Evan Carson: batterie, percussions
Andres Izmaylov: harpe
Grigory Osipov: marimba
Dmitry Tsepilov: saxophone
Ilya Leontyev: trompette
Mr Konin: cloches, accordeon, claquement de mains
St.Petersburg Orchestra "1703": ensemble à cordes

The bell. La cloche. En plein milieu de l'artwork de la pochette, on ne peut la louper. Vous l'entendrez notamment à la fin de 'Black and Blue', quatrième titre de ce nouvel opus de Marjana et Gleb.

Par quoi commencer pour cette chronique ?
D'abord la pochette, encore une fois superbe et signée de nouveau par Constantine Nagishkin. Une belle œuvre d'art, dans la lignée des pochettes des albums précédents. Un tableau mélangeant mort et vie, espoir et tristesse, soulignant une belle dualité entre soleil radieux, rouge-gorge, fleurs naissantes en opposition à cette tombe et la mort six pieds sous terre. Car, sous ce soleil radieux, il s'agit bien d'une pierre tombale. La clochette représente un dispositif qui était en vigueur dans les cimetières au dix-neuvième siècle. Les progrès de la science n'étant pas à cette époque ce qu'ils sont actuellement, il arrivait d'enterrer des gens encore vivants mais que l'on croyait malheureusement décédés. Un petit fil relié à un doigt du 'défunt' et à une clochette via un tube traversant la tombe et le sol permettait au malheureux qui se réveille de se signaler en faisant sonner la clochette. Etre enterré vivant, un scénario exploité à de nombreuses reprises, de L'inhumation prématurée d'Edgar Allan Poe à Buried de Rodrigo Cortes, en passant très sûrement par d'autres nombreuses références.

Iamthemorning

Ce nouvel album de Iamthemorning a été conçu en deux parties de cinq titres chacune (une référence à Schubert), chaque titre décrivant une situation particulière de la vie d'un personnage. Et il faut bien dire que ces situations ne sont pas des plus joyeuses: citons, entre autres, un corps qui se noie pour aller rejoindre les tréfonds de l'océan ('Blue Sea'), une femme dans son cercueil sur le chemin du cimetière, et son compagnon qui suit le cortège mais dont on ne sait s'il est triste ou soulagé ('Six Feet'), une femme qui ne veut pas plonger avec son compagnon, vrai trou noir psychologique nocif ('Salute'), un compagnon autoritaire égoïste qui n'écoute pas sa moitié obligée pour sa protection de se détacher de lui alors qu'elle sait qu'il fait une grave erreur ('Song of Psyche').

L'album commence en trombe avec 'Freak Show', un titre de sept minutes où apparaissent successivement harpe, violon, piano, guitare hispanisante, guitare électrique, ainsi que saxophone. Un titre qui commence très calmement avec la superbe voix haut perchée, voilée et feutrée de Marjana, pour glisser petit à petit dans une tension grandissante, une ambiance mystérieuse, et partir en vrille avec la guitare électrique et le saxophone. Une musique qui colle complètement à l'histoire racontée, puisque dans ce titre le personnage, attraction principale des voyeurs qui viennent regarder ces phénomènes de foire et se faire des frissons à peu de frais (Ted Browning n'est pas loin), se demande qui est le plus bizarre des deux, et s'interroge finalement sur les gens 'normaux' qui ont aussi tout un chacun leur côté sombre dans la société ("There are hundreds of likes of me around, Freaks and killers and whores, how can you tell me you are not of our sort ?"). La conclusion est que nous sommes tous des horreurs à notre façon. En tout cas la barre est déjà très haute avec tous ces beaux enchevêtrements d'instruments savamment orchestrés.

Iamthemorning

Je ne vais pas décrire chaque titre même si ce n'est pas l'envie qui me manque. 'Sleeping beauty' est une superbe perle, une rare alchimie entre marimba, voix et piano. Un piano qui sublime ce titre. C'est superbe, c'est beau, c'est du velours musical qui vous enrobe délicieusement. 'Blue Sea' avec ses accords de ballade à la guitare acoustique et son piano, est simple et tellement beau à la fois que ça en est magique. 'Black and Blue', un titre avec une touche de vieil anglais, exprime une grande expectative, et ne finit pas réellement, à l'image de son personnage qui se pose une grosse interrogation sur sa situation ("Should I thank you ?"), une situation assez désespérée dirons-nous. 'Six Feet', quant à lui, est un titre commençant en piano/voix pour se corser légèrement avec une caisse claire légèrement militaire.

Je vous laisse découvrir la seconde partie de cet album, toujours aussi délicieux. 'Ghost of a Story' est un titre qui dresse un constat sur un personnage vaniteux et sans scrupules, et qui paradoxalement avec son rythme assez entraînant, positif est sans tristesse et dégage une belle lueur d'espoir. Marjana chante cette fois-ci sur une guitare sèche sur 'Song of Psyche', et avec 'Lilies', Gleb, s'il était encore besoin de le prouver, tricote des festons de dentelle avec son grand piano, avant de s'emballer avec des notes piquées dans un solo dont lui seul a le secret. 'Salute', le titre le plus long de cet album, renoue avec les transitions savantes et l'imbrication subtile d'instruments tels que trompette, harpe et accordéon, sans oublier quelques notes de guitare à la Mike Oldfield. Quant au final annoncé par ce solo de guitare électrique, il n'y pas de mots pour en parler, c'est juste à déguster.
L'album finit par l'éponyme 'The Bell': la cloche de l'église sonne, une vie s'achève, il est l'heure pour notre personnage de s'en aller de ce monde. Un grand piano superbe, des émotions à fleur de peau, une réflexion sur la brièveté de la vie, c'est tout simplement beau, émouvant et touchant. Un titre calme, très évocateur, encore une fois tout en nuances, douceur, finesse et subtilité.

Iamthemorning

A l'instar des albums précédents, ce troisième opus du couple russe est une véritable réussite, d'une cohérence artistique totale où l'artwork, la musique et les paroles dialoguent entre eux et se répondent constamment. Nous plongeons avec délice dans ces parfums surannés d'une époque victorienne révolue, dans une ambiance en clair obscur - à l'image de la clochette muette en plein soleil, et qui tinte par une nuit de pleine lune - et qui souligne la dureté de la vie et des hommes, non sans tourner le dos définitivement à cette petite note d'espoir qui s'accroche au fil de la vie.
Un album que seul le duo russe a le secret de pouvoir concocter.


Rédigé par Laurent le 30/07/2019
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties