Neoprog.eu
Menu

7
Karfagen - 7
Titre : 7
Groupe : Karfagen
Sortie : 2015
Label : Caerllysimusic
Format : CD
Genre : Néo-progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Seven Gates
  • Now and Ever
  • Hopeless Dreamer
  • Alight Again
  • Seven Gates (edited version)

Formation en 2011

Antony Kalugin [chanteur,guitariste,clavier], Max Velychko [guitariste], Olha Rostovska [chanteur], Kostya Shepelenko [batteur], Oleg Prokhorov [bassiste]

Invités :

Will Mackie - narration
Ivan Rubanckyuk - batterie (Titre 2)
Sergii Kovalov - bayan, accordéon (Titres 1 et 5)
Helen Bour - hautbois
Lesya Kofanova - flûte

Personne n'ayant l'exclusivité des découvertes, c'est à Dragonjazz que je dois il y a déjà plus de deux ans la découverte de Karfagen, groupe ukrainien dont l'homme orchestre est Antony Kalugin. Antony sortait en 2014 avec Karfagen son sixième album, Magician's Theater, et la découverte a été une excellente surprise pleine de fraîcheur pour moi. J'ai eu l'occasion de découvrir le groupe sur scène il y a quelques mois en Allemagne, et la très maigre audience que l'artiste a eu lors de son concert Chez Paulette m'a vraiment attristé. Il n'est pas usurpé de dire que l'ukrainien a la musique dans la peau et que son imagination musicale fertile ne semble jamais s'arrêter. Outre Karfagen, fondé en 1997 pendant ses études d'architecture, l'ukrainien multi instrumentiste est toujours impliqué dans de nombreux projets, que ce soit des albums solo ou avec les formations Hoggwash ou Sunchild.

Sept, c'est le nombre sacré par excellence. On pense bien sûr en premier lieu aux sept jours de la semaine, aux sept merveilles du monde. Mais il y a aussi les sept chakras, les sept couleurs de l'arc-en-ciel et bien d'autres références religieuses, historiques ou ésotériques. Bref, les nombreuses références au chiffre sept sont propices à laisser libre cours à l'imaginaire de chacun. Avec Karfagen et ce septième album, vous partez donc pour un voyage au gré de votre imagination, à l'instar de la pochette qui évoque un monde fantastique, ni totalement sur Terre, ni totalement dans l'espace, entre une pyramide spatiale à la Asia, des personnages à la Masquerade Overture, et des structures de ville repensées à la Luc Schuiten.

Karfagen 7

L'album commence directement avec le plat de résistance de vingt-huit minutes, 'Seven Gates', une grande fresque qui prend son temps, et musarde au gré des nombreuses articulations musicales. Le voyage nocturne commence lors d'une belle soirée d'été, sous la voûte étoilée, et vous voyagerez au gré des sept portes à votre disposition, des portes à choisir au hasard et s'ouvrant sur différents mondes à explorer. Un motif en thème principal musical descendant surgit régulièrement pendant tout le titre en fil conducteur, pendant que les surprises du voyage s'enchaînent. C'est assez difficile de décrire ce morceau tant il est varié en séquences musicales et instruments. On peut tout au plus dire qu'il suffit de se laisser porter. Vous trouverez pas mal de claviers, des atmosphères joviales, spatiales, une ronde folk sous les étoiles accompagnée de flûte, hautbois et bayan, rappelant bien sûr le pays d'origine du chanteur, une marche militaire scandée à la caisse claire, un refrain bien enlevé, des soli superbement posés de guitare tranquille, des flûtes tantôt cristallines, tantôt veloutées, ainsi que du hautbois dispersés tout au long du titre. Ce titre prend surtout son temps. La musique, au fil des minutes, part doucement, se développe, s'éclaircit, s'éteint, renaît sous une autre forme, prend des chemins de traverse originaux, alors que le chant intervient au milieu du titre après quelques notes pointées. Un titre qu'il faut bien sûr chevaucher plusieurs fois avant de faire le voyage complet. Un titre qui comprend beaucoup de claviers, et une répartition des instruments sans que l'un soit réellement prédominant sur les autres.

Le second titre se poursuit sans transition dans la nuit, avec une guitare légèrement plaintive et un personnage qui continue son voyage vers un nouveau monde utopique, une terre promise annoncée par un bouquet final où la guitare électrique monte et descend ses notes entraînantes. 'Hopeless Dreamer' est quant à lui un titre plus enlevé, joyeux et cristallin, avec de superbes choeurs, et deux belles envolées comprenant de nombreux motifs de claviers en arrière-plan. 'Alight again' enchaîne ensuite avec ses dix minutes. Ce titre est un concentré d'ondes positives après une première partie expectative bancale qui se cherche, tombe et se redresse pour retrouver le refrain du premier titre. La suite est un festival mélodique de claviers et de guitare électrique sur des voix angéliques, en une sorte de révélation prophétique de la découverte progressive d'un nouveau monde de lumière. La boucle est ensuite bouclée en retrouvant la voix de haut parleur du premier titre ainsi qu'une nouvelle porte qui s'ouvre dans la nuit naissante.

Karfagen
Photo Lionel Thiriat (Numéro Six)

7 est un album original qui vous embarque hors du temps, avec un petit zeste de new age bien plaisant. Après Magician's Theater, qui est un album aux accents déjantés, un poil bordélique, sorte de joyeuse cacophonie animale foutraque très sympathique, 7 surprend dans un autre registre. Bref, Karfagen est un groupe vraiment original, rafraîchissant, difficilement classable, et c'est tant mieux. Intuitivement je dirais que si vous aimez Alan Parsons Project, vous y trouverez votre compte. Pour les autres, vous l'aurez compris, Karfagen est vraiment un groupe à découvrir.

Facebook : https://www.facebook.com/Karfagen-310288492361822/

Bandcamp:



Vidéo :


Rédigé par loloprog le 17/08/2016
Commentaires
Aucun commentaire
Prochains concerts
Prochaines sorties