Neoprog.eu
Menu

Silence Between Sounds
Karmamoi - Silence Between Sounds
Titre : Silence Between Sounds
Groupe : Karmamoi
Sortie : 2016
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Silence Between Sounds
  • Nashira
  • Atma
  • Sirio
  • Martes
  • Plato's Cave
  • Lost Days
  • Canis Majoris

Formation en 2008

Daniele Giovannoni [bassiste,batteur], Alessandro Cefali [bassiste] jusque 2015, Fabio Tempesta [guitariste] jusque 2015, Alex Massari [guitariste]

Aujourd'hui nous vous parlons d'un groupe de rock progressif commençant par Kar. Si l'on prend la liste des groupes de ce kartel progressif, la liste est étonnamment longue. Entre les karrières de Karmakanic, Karnataka, Karfagen et Karibow, on peut aussi y ajouter Karmamoi (mais où est donc Ornikar, si vous pensez à d'autres groupes que nous aurions oublié, n'hésitez pas…).
Le nouvel album des italiens, Silence Between Sounds, sort donc fin Octobre après deux ans de travail. Les différents changements de line-up ne sont sûrement pas étrangers à la durée de gestation : depuis le dernier album, Serena, qui prêtait sa voix au groupe, trace désormais sa route musicale en écrivant sa propre musique. Joline Forshaw, sa remplaçante, a choisi aussi une autre voie au bout d'un an de collaboration. Jamais deux sans trois, Fabio Tempesta a quitté à son tour le groupe deux mois plus tard. Désormais Karmamoi est un trio Daniele-Alessandro-Alex, et le choix de la triplette italienne a été de ne pas avoir de voix officielle sur ce dernier album, mais plusieurs chanteuses qui apportent à leur manière leurs différents grains de voix. Impossible de dire combien de personnes ont prêté ce coup-ci leur voix, mais de belles cordes vocales reviennent sur plusieurs titres ('Nashira', 'Martes', 'Plato's Cave'), une voix aux accents à la Lana Del Rey, à la fois feutrée, calme et grave avec une légère touche rocailleuse. Splendide.

A regarder les noms des titres, Karmamoi a karrément la tête dans les étoiles. Est-ce que l'œil de l'humanité, presque invisible sur la pochette, lorgnerait vers l'espace infini rempli d'étoiles et de galaxies ? En tout cas Nashira est une étoile de la constellation du Capricorne, Sirio (déjà chroniqué ici) - ou Sirius - est l'étoile la plus brillante dans le ciel, et se situe dans la constellation du Grand Chien, qui donne - je vous le donne en mille - Canis Majoris. Une bonne occasion de découvrir ou réviser votre karte du ciel tiens.

Karmamoi

Silence between Sounds…. entre le bruit, le silence.
Le silence, c'est l'espace et les étoiles. C'est ce piano en premier plan, lent et solitaire dans le premier titre, calme et minimaliste dans 'Atma', accompagnateur de voix dans 'Martes'. C'est ce 'Lost Days' qui se déroule calmement, avec une batterie lointaine, une guitare solaire, une flûte seule.
Le bruit, c'est la frénésie, la folie et les échecs de l'humanité, sous l'emprise des idées reçues, incapable de changer sa conception des choses, à l'image de l'allégorie de la caverne, 'Plato's Cave', un titre qui démarre sur les chapeaux de roue avec une batterie enflammée. Le bruit, c'est 'Canis Majoris', un titre à l'ambiance interrogative, avec son rythme de batterie martelée qui semble résonner dans un hangar, sa transition plus rugueuse, toujours en mode interrogatif non achevé et dont on ne sait s'il s'éclaire finalement.
'Nashira' (déjà chroniqué ici) illustre à la perfection cet antagonisme, un titre au début et au ventre mouvementés, encadrés par deux passages qui remettent la tête dans les étoiles avec notamment l'aide d'un violoncelle. Un titre de neuf minutes qui embarque pas moins de sept ruptures rythmiques.
Au rayon des caractéristiques de cet album on peut aussi noter une guitare floydienne dans la seconde partie de 'Atma', des paroles scandées sur une même note du plus bel effet ('Canis Majoris'), des instruments additionnels déjà cités tels que violoncelle, flûte ('Plato's cave', 'Lost Days', 'Canis majoris') et clavinet sur un rythme de caisse claire ('Plato's cave') (ndlr: le clavinet est un piano électrique à la sonorité proche du clavecin). Avec 'Sirio', j'ai eu paradoxalement l'impression de me retrouver dans les profondeurs de la mer. Vu que l'on y trouve aussi des étoiles, on n'est finalement pas si éloigné que cela du ciel (ça c'est de la pirouette hein).

L'opposition silence / brouhaha n'est évidemment pas si tranchée que cela dans les titres. Il reste assez difficile de décrire en entier cet album qui mélange passages minimalistes, séquences prog rock classiques avec breaks, soli de guitare de de claviers; reprise du motif principal, et séquences plus rugueuses où batterie et guitare électrique se mettent au devant de la scène. Quelques titres me laissent un petit goût de je ne sais quoi : 'Sirio', avec ses sept ruptures et articulations musicales, me laisse au final une impression d'absence de liant global, de piquant. 'Lost Days', très calme (trop ?), a une coloration plus pop que réellement progressive.

Voilà, Silence Between Sounds est un album que je conseille après une journée de travail, entre chien et loup. Le genre d'univers musical qui permet de vous retirer en douceur de la frénésie de la journée, de refaire progressivement le calme en vous, tout en restant en éveil avec quelques petites pointes rythmiques acérées, mais juste ce qu'il faut, pour bien entamer le début de soirée.


Facebook : https://www.facebook.com/Karmamoi/

Vidéo :


Rédigé par Laurent le 31/10/2016
Commentaires
Aucun commentaire
Le magazine papier
Magazine n°4 Magazine n°5
Prochains concerts
Prochaines sorties