Neoprog.eu
Menu

City Burials
Katatonia - City Burials
Titre : City Burials
Groupe : Katatonia
Sortie : 2020
Label : Peaceville Records
Format : CD
Genre : Metal

La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Heart Set To Divide
  • Behind The Blood
  • Lacquer
  • Rein
  • The Winter Of Our Passing
  • Vanishers
  • City Glaciers
  • Flicker
  • Lachesis
  • Neon Epitaph
  • Untrodden

Formation en 1991

Jonas P. Renkse [], Anders Nyström [], Daniel Liljekvist [batteur], Per Eriksson [], Niklas Sandin []

En 2016, les musiciens de Katatonia, las du cycle album / tournée ayant suivi la sortie de The Fall Of Hearts se décidaient, à la grande surprise de leurs fans, à faire un break qui prend fin aujourd'hui quatre ans plus tard avec la sortie de ce nouvel opus, et le moins que l'on puisse dire est que Katatonia revient plus en forme que jamais.

katatonia

Les suédois qui s’évertuent depuis près de trente ans à faire rimer deux concepts jugés diamétralement opposés par beaucoup, à savoir la noirceur et la beauté nous prouvent pourtant une fois de plus avec City Burials que ceux-ci, loin d’être incompatibles, peuvent se nourrir l'un l'autre pour donner naissance, dans ce cas précis, à une musique mélancolique parfaitement illustrée par la magnifique pochette signée par le talentueux et désormais incontournable Lasse Hoile.
City Burials s'inscrit directement dans la lignée de Dead End Kings et de The Fall Of Hearts tout en étant plus varié dans ses ambiances, proposant un mélange de puissance et de douceur teinté d'une mélancolie présente au détour de chaque note, de chaque refrain, de chaque solo. Une variété qui n’est pas sans rappeler l'excellent Night Is The New Day sorti en 2009.



La musique de Katatonia est sombre, baignée par les ténèbres depuis ses débuts, quand le groupe évoluait dans un registre doom aux accents death metal. Celles-ci n'ont pas disparu malgré le virage rock progressif / atmosphérique effectué par les musiciens et sont même devenues, au fil des années, leur marque de fabrique.

Ténèbres que l'on retrouve avec un grand plaisir tout au long de ce nouveau disque. Mais ici, pas de noirceur glauque et dérangeante comme on peut en trouver dans le black ou le death metal, plutôt une sorte de poétique vénéneuse, qui parle directement au cœur quitte à lui susurrer de bien tristes paroles. Les meilleurs exemples sont 'Vanishers', un morceau lent que Jonas interprète en duo avec Anni Bernhard (chanteuse de Full Of Keys) dont la voix envoûtante emmène le morceau vers des sommets d’émotions, le planant 'Lacquer' sur lequel les guitares n'interviennent pas, laissant la place à de délicats entrelacs électroniques, ou encore 'Lachesis', un court intermède de deux minutes et son piano majestueux.

Si les suédois excellent sur ces titres aux atmosphères éthérées, ils n'en sont pas moins excellents sur des morceaux plus énergiques tels que 'Behind The Blood' au refrain ravageur ou le bourrin 'Fighters'. Ils savent aussi mélanger leurs deux facettes comme sur le progressif 'Rein', 'City Glaciers', 'Neon Epitaph', 'Flicker' avec son piano électrique et sa petite digression électro, ou encore nous surprendre avec le presque “dansant” 'The Winter of Our Passing' aux relents pop / electro.



Katatonia nous offre pour son retour, un album d'une grande tristesse mais surtout d'une grande beauté sur lequel les musiciens sont au top de leur jeu (même les nouveaux qui semblent avoir définitivement trouvé leur place depuis The Fall Of Hearts), pas démonstratif pour un sou mais parfaitement maîtrisé et tout en nuances (ah ce solo sur 'Untrodden' !), le tout survolé par le chant hypnotique de Jonas Renkse et servi par une production impeccable.

City Burials est à l'image de cet hiver gris et froid dans lequel nous entrons et pourtant, on se plaît à l’écouter et à le réécouter sans pouvoir s'en lasser, se laissant envoûter par cette mélancolie qui forme un cocon par lequel il est aisé de se laisser absorber. Ce disque est à posséder absolument et à classer entre ceux d’Opeth, Leprous, Anathema ou Paradise Lost, autant de groupes avec lesquels Katatonia partage, à différents niveaux, une certaine vision de la musique.


Rédigé par Marc le 08/01/2021
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°7 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties