Neoprog.eu
Menu

Midnight Twilight
Mandala - Midnight Twilight
Titre : Midnight Twilight
Groupe : Mandala
Sortie : 2015
Label : Autumns Songs Records
Format : CD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • There's A Wind That Blows
  • The Dark Waltz
  • Into The Night
  • Midnight Twilight - instrumental
  • Sun
  • I Have Fallen
  • Dreaming
  • Ghizou
  • Within
  • Fire Is Mine

Formation en 1997

Rhys Marsh [clavier], Francis Booth [], Will Spurling [batteur,percussions]


Musiciens additionnels :
Anna Giddey – violon
Natalie Rozario – violoncelle
Peter Keserue – harmonium

Mandala a pris son temps. Formé en 1997, le groupe a patiemment élaboré les morceaux de ce Midnight Twilight en deux phases créatives (1997, et 2005 avec la sortie de deux EP), avant que les occupations des uns et des autres ne viennent stopper le lent processus. De la même manière, après la décision prise en 2012 de ressortir ce matériau des tiroirs, il aura fallu presque un an entre l’enregistrement de l’album et sa sortie officielle…
Si les mots et le nom que se donne un groupe ont un sens, alors Mandala ne peut être entendu uniquement pour un terme à la belle sonorité où comme la simple expression d’un effet de mode. Un mandala, outre un dessin généralement sphérique très à la mode chez les adeptes du tatouage, c’est d’abord un diagramme rempli de symboles très élaborés utilisé dans les rituels de méditation bouddhistes. Nul doute que dans l’esprit de nos trois comparses, l’adoration d’une musique progressive et folk semblant dépassée juste à la sortie de la période grunge (1997 est l’année de séparation de Soudgarden…), mêlée à une gestation digne de la digestion d’un dîner pantagruélique, a fourni la matière à une exacerbation de la signification de leur patronyme.

Mandala
J’avais été envoûté par le dernier album de Rhys Marsh, Sentiment (http://neoprog.eu/critique/rhys_marsh/sentiment). Il faut dire que le bonhomme a une des plus belles voix actuelles, doublée d’un redoutable sens de la composition. Alors, chroniquer ce Midnight Twilight tombait sous le sens, même s’il est fort différent.
Ici, nous sommes plus proches d’un folk atmosphérique, dont les inspirations font le grand écart entre Orient et Occident. La voix de Marsh et les compositions rappellent, ici ou là, Jeff Buckley, Nick Drake, David Sylvian, et même parfois Led Zeppelin !
Justement, ça attaque par un "There’s A Wind That Blows" où le riff soutenu fait indéniablement penser au dirigeable en même temps qu’à David Sylvian. Alternance du riff et de passages ralentis, sur l’ensemble, la section rythmique est lourde à souhait et Rhys peut poser sa voix chaude. Superbe entrée en matière à laquelle l’enregistrement live (quelques overdubs néanmoins) apporte une dimension et une tension rapprochant également de Page/Plant.
"The Dark Waltz" porte bien son nom. Sur une base de guitare acoustique, on tourne, on tourbillonne, notamment quand le violon et le violoncelle se mettent de la partie. Le vibrato de Marsh est impressionnant de justesse, sans qu’il soit trop appuyé. Je ne peux m’empêcher de penser à David Sylvian en écoutant ce morceau, et c’est un compliment majeur !
Avec "Into The Night", Marsh montre également sa capacité à monter sa voix, mais c’est surtout la section rythmique qui impressionne, en particulier Will Spurling et son travail à la cymbale charleston. Marsh tient des notes longues tandis que ses petits camarades s’amusent (Francis Booth n’est pas en reste). Rhys nous gratifie d’un solo de guitare tout en feeling avant l’arrêt brutal du morceau. Très réussi.
"Midnight Twilight", morceau titre de l’album, est un court instrumental qui nous emporte en Orient, relié directement qu’il est avec "Sun", et son début porté par la guitare acoustique, le sitar et la voix de Rhys, avant l’entrée des percussions. C’est avec ces deux titres que l’on intègre le mieux le sens que nos trois compères donnent à leur Mandala. Un magnifique break instrumental permet d’enlever le morceau et d’y faire entrer mellotron et cordes. Là encore, les breaks sont quasi zeppelinniens et cela n’est pas fait pour me déplaire. Séduisant, vraiment.

Mandala

"I Have Fallen" est plus pop, mais néanmoins tout à fait réussi avec ses petites finesses à la pedal steel et surtout son refrain imparable doublé de chœurs magnifiques. C’est simple, mais diablement bien foutu, folk-rock rythmé qui vous fait taper du pied et chanter sur le refrain.
Avec "Dreaming" et son intro magnifique (guitare acoustique, violon, violoncelle), retour au calme et à la beauté. Marsh y montrer encore sa maîtrise de la pedal steel et les tablas de Spurling apportent une touche plaisante. Fermez les yeux, Mandala vous emporte dans la rêverie, comme quoi les titres sont souvent prémonitoires… Le morceau décolle un peu dans la seconde partie, Booth y fait quelques interventions subtiles, les arrangements sont parfaits. Un morceau pour méditer, tout relâcher…
"Guizhou" est le nom d’une province du sud-est de la Chine où vit la plus importante minorité ethnique de la République Populaire (sic) ! Mandala visite la contrée sur un rythme syncopé et des breaks lents sous tension où la voix de Marsh, parfois doublée, force dans les graves, sur fond de tablas, de cordes et de retour de guitares angoissantes, avant un final inquiétant ou Rhys martèle "Guizhou" sur des contretemps rythmiques appuyés.
C’est le sitar qui introduit "Within", suivi d’un riff de la basse de Francis qui soutient l’ensemble du titre. Peut-être le morceau auquel j’accroche le moins malgré de beaux passages instrumentaux.
Retour folk-pop avec "Fire Is Mine", où le sens de la composition de nos trois compères fait mouche – on y notera aussi une belle partie rythmique de violoncelle de Natalie Rozario. Une bien jolie pièce qui vient boucler ce Midnight Twilight de fort belle manière.
Alors, d’accord, cet album ne sera sans doute pas un des meilleurs de l’année. Néanmoins, il ne souffre pas de faiblesses qui l’enverraient dans l’anonymat des trop nombreuses parutions. Marsh et ses compères de Mandala ont réussi leur coup, car il n’est pas évident de remettre sur le métier un ouvrage initié dix-huit ans auparavant…
Les fans de Rhys Marsh y trouveront leur compte car les chanteurs de cette trempe ne sont pas légion et le monsieur est un compositeur hors pair. Pour les autres, jetez-y les deux oreilles, ça vaut largement le détour.

Facebook : https://www.facebook.com/withinMandala

Site officiel : http://withinmandala.tumblr.com

Vidéo officielle :



Rédigé par Henri le 27/04/2015
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog
Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties