Neoprog.eu
Menu

A Boat on the Sea
Moron Police - A Boat on the Sea
Titre : A Boat on the Sea
Groupe : Moron Police
Sortie : 2019
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Rock
Achat : ici
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Hocus Pocus
  • The Invisible King
  • Beware the Blue Skies
  • The Dog Song
  • Captain Awkward
  • The Undersea
  • Isn't it Easy!

Formation en 2012

Sondre Skollevoll [guitariste], Lars Bjørknes [clavier,percussions,pianiste], Thore Omland Pettersen [batteur], Christian Fredrik Steen [bassiste]

Musiciens additionnels:
Claudia Cox: violon
Heine Bugge: accordéon
Morten Norheim: saxophones
Jonas Flemsæter Hamre: saxophone

C'est encore une fois une superbe pochette qui a attiré en premier mon regard, point de départ de la découverte de ce groupe norvégien. Dans son style assez reconnaissable, le tableau esquissé par Dulk, artiste espagnol de Valence, est une petite merveille à découvrir avec ses couleurs chatoyantes, fraîches et énergiques. Il s'agit d'une œuvre d'art surréaliste, d'un bel ambassadeur de ce Boat On The Sea, sorte d'arche de Noé échouée sur une souche d'arbre. On peut y voir un bestiaire fourmillant de détails d'un autre monde: une tortue licorne, un ours avec un nez de singe et des bois de cerf, un œuf surmonté d'un chapeau dans la pure tradition de Dali, des oiseaux portant de cornes de bouquetin ou d'impala ainsi qu'un bec en trompette, etc., en une sorte d'hybridation constante entre règnes animal et végétal.

Moron Police

Moron Police, ce sont donc quatre jeunes norvégiens qui selon leur compte Facebook, "se regardent devenir chauve en attendant méticuleusement leur intronisation triomphante dans la Ligue des Hommes Extraordinairement Chauves". Le ton est donné. Et leur musique est à leur image: enjouée, lumineuse, énergique, ludique, sautillante, contagieuse, frénétique, joyeuse, rafraîchissante, mais aussi un brin fofolle.

Disons-le d'emblée, la musique de Moron Police ne vous laissera que peu de répit pour respirer, tout au plus aurez-vous dans chaque morceau une petite plage de calme, une petite transition gouleyante et lumineuse, mais ce ne sera que pour en repartir de plus belle. La batterie est souvent chauffée à blanc, on se demande comment Thore arrive à tenir de tels rythmes. Il n'y a qu'à écouter les intros de 'The Phantom Below', 'The Undersea' ou de 'Isn't It Easy' pour se faire une idée, et cette joyeuse frénésie se retrouve dans tous les titres. Ces norvégiens s'éclatent, et cela fuse de toutes parts dans leur musique marrante, énergique, pétillante et ludique. A l'image de 'The Dog Song' dont le message semble être "Ne laissez pas la grisaille entrer chez vous et en vous !", impossible de réfréner un large sourire, de sentir votre visage s'éclairer de soleil et de danser sur ce titre. Vous entendrez aussi dans ce court album de trente-trois minutes soli de saxophone, bonnes salves de basse bien grasse, piano introspectif, broderies d'accordéon, Hammond légèrement saturé.

Moron Police

Je ne peux m'empêcher de m'attarder rapidement sur deux titres de ce troisième album. Le premier, 'Captain Awkward', titre le plus foutraque, me rappelle Cheeto's Magazine avec ses paroles frénétiques, sa rythmique un brin circassienne par moments, et ses motifs electro à la Mario Bros. Le second, 'Isn't It Easy', mon petit préféré aux parfums pliniesques, commence par une tempête de notes qui s'enchaînent à un rythme ahurissant et vous emporte les tympans, pour remettre ça ensuite en syncopes frénétiques et motifs électro rigolos et sautillants, pour finir en piano bar qui s'éteint dans la nuit évanescente.



Je voulais aussi associer le mot insouciant à la musique des quatre norvégiens, mais je ne l'ai pas écrit. D'aucuns parleront d'un album feel-good. Soit. C'est oublier les paroles des titres. A l'image de cette belle pochette aux couleurs chatoyantes qui, à y bien regarder, avec son crâne et ses têtes (cornes ?) coupées et décharnées passe aussi un petit message tout en gardant l'espoir, cette Police Idiote ironique et forte de quatre membres en profite pour tourner en dérision la guerre et les personnes providentielles ('The Invisible King'), la religion ('The Undersea'), la propagande politique ('Beware the Blue Skies'), et planter au passage une petite pique à leur pays la Norvège, qui est "bon copain avec les U.S.A".

Ecoutez A Boat on the Sea, ça va très sûrement au mieux vous revigorer, au pire vous donner le sourire pour la journée.


Rédigé par Laurent le 24/10/2019
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties