Neoprog.eu
Menu

The Shadows In Me
Psychanoïa - The Shadows In Me
Titre : The Shadows In Me
Groupe : Psychanoïa
Sortie : 2013
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Progressif

La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • The Shadows In Me
  • Thin Roads To Nowhere
  • The Letter

Formation en 2002

Ivan Jacquin [chanteur,clavier] depuis 2010, Olivier Gaudet [guitariste], Thierry Charlet [batteur], Jean-Philippe Ciman [bassiste], Brian McAlpin [guitariste]

The Shadows In Me est un EP du groupe de Saône-Et-Loire Psychanoïa.

Auparavant les français ont composé un concept album progressif éponyme en 2004. Peu après la sortie de Psychanoîa, le clavier quitte la formation et ce n’est qu’en 2008 que le second album Némésis, du rock métal progressif, voit le jour. Mais le chanteur quitte à son tour la formation peu après et il faudra attendre leur rencontre avec Ivan Jacquin en 2010, chanteur et claviériste, pour que la formation reparte de l’avant.

Le groupe se compose aujourd’hui de Ivan Jacquin - clavier et chant, Olivier Gaudet - guitare, Jean-Philippe Ciman - basse et Thierry Charlet - batterie.

L’EP se compose de trois titres très différents :

Tout d'abord The Shadows In Me, très rock, rentre dedans avec une partie rythmique très en avant, un chant puissant parfois déclamé un peu à la façon de Ange.

Le second, Thin Roads To Nowhere, est plus dans la veine de Porcupine Tree, une pièce de plus de neuf minutes avec guitare assez légère au début qui s’offre un peu plus loin un beau solo, de belles notes de clavier, une basse toujours en avant et un chant plus apaisé. La batterie offre également de très beaux passages. Assurément la plus belle pièce de cet EP.

Enfin The Letter, avec plus de sept minutes, pêche hélas par le chant, qui a force de pousser finit un peu par dérailler sur le refrain. Musicalement le titre joue dans la cours du métal progressif, s’essaye un peu aux constructions inventées par Dream Theater sans en avoir tout à fait le panache quand même. Le morceau possède une belle patate mais les musiciens ne rivalisent pas encore avec la technicité du quintette américain.

Le son est un peu brut de décoffrage - cela fait aussi un peu le charme de cet EP assez direct - un gros son de basse très en avant, une batterie qui cogne sur les fûts mais pas à outrance, une guitare qui offre de belles constructions et un chant atypique, qui ne laissera pas indifférent mais qui mérite d’être peut-être un peu plus canaliser par moment.

Le groupe semble avoir trouvé son équilibre, il leur reste maintenant à se trouver leur identité musicale. A suivre...


Rédigé par Jean-Christophe le 05/10/2013
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
  • 08/08/2020 - Motis - 105 db - Forbach
  • 09/08/2020 - PI - Jardin des deux Rives - Strasbourg
  • 04/09/2020 - Marillion - Youtube streaming - Internet
  • 05/09/2020 - Marillion - Youtube streaming - Internet
Prochaines sorties