Neoprog.eu
Menu

The Rpwl Experience
RPWL - The Rpwl Experience
Titre : The Rpwl Experience
Groupe : RPWL
Sortie : 2008
Label : Inconnu
Format : CD
Genre : Néo-progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Silenced
  • Breathe In, Breathe Out
  • where Can I Go ?
  • Masters of War
  • This Is Not a Prog Song
  • I Watch Myself Sleepling
  • Stranger
  • Alone and Scared - instrumental
  • Talk to the River
  • Chosse What You Want To Look At
  • Turn Back The Clock
  • Reach For The Sun

Formation en 1999

Yogy Lang [], Werner Taus [], Kalle Wallner [guitariste], Markus Jehle [clavier], Marc Turiaux [batteur], Yogi Land []

RPWL est un groupe allemand qui revendique son appartenance au mouvement progressif avec raison.

Progressif abordable, reprenant des tonalités qui ont fait le succès des plus grands groupes progressifs tout en les aménageant habilement.
Ils ne sont pas fondamentalement originaux dans leur musique mais ce n'est pas ce qu'ils cherchent.
Les textes, eux, sont relativement engagés, parlent vraiment d'une réalité toute proche, exercice auquel le prog s'emploie trop rarement.

'The RPWL Experience' est un album sur lequel il faut s'arrêter et prendre le temps de déguster, une énorme coup de cœur comme pas souvent.

Tout commence avec 'Silenced', le morceau qui démontre, s'il était nécessaire que le groupe sait se démarquer du prog actuel. C'est une des pièces majeure de l'album avec ces neuf minutes et sa construction élaboré. L'utilisation du thème à la basse qui débute le morceau et revient en trame de fond durant le titre est une excellente trouvaille. On adore !

'Breathe In, Breathe Out' fait soudain petit. C'est une ballade sans prétention avec un refrain accrocheur qui offre une pause après 'Silenced'.

'Where Can I Go ?' est de la pop-rock grand format. Malgré un style musical quasi uniforme le titre possède toutes les marques du progressif et s'"coute et se ré-écoute avec grand plaisir.

'Master of War' nous rapelle que RPWL a très fortement été inspiré par les Floyd. Simple, planant et sublime.

RPWL a quelques comptes à régler avec certains journalistes qui n'aiment pas du tout la manière dont le groupe s'inspire de Pink Floyd par exemple. 'This is not a Prog Song' est là pour le dire, m.... aux critiques de ce genre, tant que l'émotion est là.

'I Watch Myself Sleepling' est un titre simple à la guitare électro acoustique qui peut faire penser à Porcupine Tree. Très belle pièce vocale, un titre qui sait accrocher.

Après une introduction lente faite de bruitages et voix off 'Stranger' se lance dans un bref instrumental lourd entrecoupé de passages chantés à la guitare accoustique. Le tout se finit par un très bel instrumental. Excellent !

'Alone and Scarded' est un instrumental bonus de la version longue de l'album, genre psychédélique qui reprend les thèmes de quelques titres noyés sous des claviers planants et voix off. Si si c'est très bon !

Attention, là on touche à la perfection, alors on nettoie ses oreilles, on respire un bon coup et on plonge. 'Talk to The River' est un titre tout simplement beau et d'une rare pureté. Un titre touchant, à la construction simple mais qui frise la perfection. Le passage psychédélique-musique contemporaine est parfaitement dosé, rien à dire c'est magnifique !

Fatalement 'Choose What You Want to Look At' fait un peu pâle figure après ça. Ça n'en reste pas moins un titre rock très sympa.

'Turn Back The Clock' est un morceaux assez bien construit qui pêche un peu pour une fois, disons que le choix de la partie chant un peu simpliste.

Enfin 'Reach For the Sun', qui lui aussi est un titre bonus, après un démarrage acoustique de plus d'une minute laisse place à un refrain qui annonce par son style que le titre ne sera pas si simple. Au bout de quatre minutes gentilles un instrumental assez simple soutenu par des claviers vangelissiens prolonge le titre et nous ramène à la fin au refrain. Simple mais efficace.

Bon vous l'aurez compris, cet album est tout simplement fabuleux !


Rédigé par Jean-Christophe le 01/06/2009
Commentaires
Aucun commentaire