Neoprog.eu
Menu

Sweet Oblivion
Sweet Oblivion - Sweet Oblivion
Titre : Sweet Oblivion
Groupe : Sweet Oblivion
Sortie : 2019
Label : Frontiers Music
Format : CD
Genre : Métal

La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • True Colors
  • Sweet Oblivion
  • Behind Your Eyes
  • Hide Away
  • My Last Story
  • A Recess From My Fate
  • Transition
  • Disconnect
  • The Deceiver
  • Seek The Light

Formation en 2019

Geoff Tate [saxophone], Simone Mularoni [guitariste,clavier], Emanuele Casali [clavier], Paolo Caridi [batteur]

Ne nous mentons pas, l’envie première d’écouter Sweet Oblivion venait principalement de la présence de Geoff Tate derrière le micro. Après avoir quitté Queensrÿche, lancé la trilogie Operation:Mindcrime, le voilà dans Sweet Oblivion qui ressemble comme deux gouttes d’eau au Queensrÿche période pré empire.

Aux côté de Geoff, Simone Mularoni (DGM), Emanuele Casali (DGM) et Paolo Caridi (Hollow Haze). Sur le papier, c’est une belle affiche.

L’objectif avoué de Sweet Oblivion était de recréer les atmosphères du Queensrÿche des années quatre-vingt et sincèrement le but est atteint. Pour le chant, cela tombait sous le sens, mais retrouver les sons des guitares de Wilton et DeGamo, la basse de Jackson et la batterie de Rockenfield relevait nettement le challenge.

Le résultat est pourtant bien là, dix morceaux où seuls les claviers légèrement symphoniques de Emanuele pourraient surprendre en tendant bien l’oreille. Dans les soli, Paolo prend bien quelques libertés avec le modèle initial, mais sur les premiers titres, la confusion reste possible. ‘Disconnect’ est la seule pièce qui nous éloigne quelque peu du Queensrÿche des années quatre-vingt.



Du coup, le reproche que l’on fera à Sweet Oblivion, c’est bien entendu de coller à Queensrÿche, mais bon, c’était quand même la cible visée.

J’aimerais bien que Geoff tourne la page de cette glorieuse époque qui a donné naissance à quelques chef-d’oeuvre du rock et qu’il passe à autre chose, qu’il nous surprenne enfin. D’un autre côté, c’est un peu Queensrÿche que je venais retrouver avec cet album.


Rédigé par Jean-Christophe le 15/10/2019
Commentaires
Aucun commentaire
Discographie
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
A lire aussi
Prochains concerts
Prochaines sorties