Neoprog.eu
Menu

A Cycle Never Ending
The Ben Cameron Project - A Cycle Never Ending
Titre : A Cycle Never Ending
Groupe : The Ben Cameron Project
Sortie : 2016
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Progressif

La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • This Is All Illusion
  • The Dance of Demons In Disguise
  • Colour in the Sky
  • A Cycle Never Ending

Formation en 2014


Ben Cameron nous revient avec un nouvel album le 7 septembre. Du rock progressif en quatre titres intitulé A Cycle Never Ending. The Ben Cameron Project est né en 2013 et sortait en 2014 son premier LP deux titres Tipping Point, que nous vous avions présenté à l’époque.

The Ben Cameron Project - A Cycle Never Ending

Deux pièces de taille débutent et finissent A Cycle Never Ending où Ben assemble avec minutie une profusion d’idées musicales. Une écriture progressive très construite, mélangeant des influences allant de Porcupine Tree à King Crimson, et tout cela avec une grand fluidité. La voix de Ben n’est pas très loin de celle de Yogi Lang (RPWL) avec les petites imperfections qui vont avec. Côté musique, c’est du nougat. Basse, guitares, claviers, batterie sont à la hauteur de la partition et la production se montre très honorable.

Tout n’est qu’illusion, écrit Ben Cameron, douze minutes à l’ouverture néo-progressive qui vont nous faire oublier le monde réel. Après un court instrumental, le couplet à la guitare acoustique s’emballe sur un refrain où l’électrique reprend ses droits. Ben n’en reste pas là, après un nouveau couplet/refrain, un instrumental très progressif, fourmillant d’idées remplace le chant. Rythmique, guitares et claviers vous en mettent plein des yeux, mêlant du RPWL et d’autres influences plus 70’s. Ben revient au chant sur de l’orgue avant d’aller flirter du côté de Pink Floyd (superbe guitare au passage) et de revenir au refrain revu de manière plus planante. Alors qu’il aurait pu se contenter de l’idée initiale qui aurait fait un titre honnête, le morceau évolue au fil des minutes en conservant une trame cohérente.

Ben Cameron

Ben Cameron change de registre avec ‘Dance of Demons in Disguise’. Sept minutes angoissantes entre Opeth et Porcupine Tree que l’on pourrait découper en trois grandes parties. Une mise en place sur quelques notes de guitare et une basse obsédante où le texte est plus parlé que chanté, une seconde et courte section dynamique où s’envole une guitare wilsonnienne, puis la partition mélange les deux styles pour converger à la dernière note.

La petite pièce de A Cycle Never Ending se nomme ‘Colour in the Sky’. La marque de Steven Wilson est encore là avec la guitare, les choeurs et des traits électriques, mais lorsque la machine s’emballe à la troisième minute sur de l’orgue, c’est du pur Ben Cameron.

‘A Cycle Never Ending’ conclue l’album. Vous prenez un billet pour un grand huit et trois tours de haute voltige qui commencent et s’achèvent sur un même thème au violon. Prog 70’s, rock, alternatif, blues, space rock, folk se mélangent sur cette pièce où le chant devient par moment incantatoire. Il vous faudra une multitude de virages, loopings, et tonneaux pour appréhender pleinement l’attraction, alors faites la queue.

Que dire, sinon bravo à Ben Cameron pour ce second album qui surpasse le premier. Une progression fulgurante, une bien meilleure production et quatre titres magnifiques. Il ne lui reste plus qu’à s’émanciper de ses modèles (mais quels modèles !), et on touchera à la perfection.

Facebook https://www.facebook.com/thebencameronproject

Bandcamp :



Rédigé par Jean-Christophe le 25/08/2016
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
  • 10/12/2019 - Marillion - Le Radiant - Caluire
  • 11/12/2019 - Flying Colors - Z7 - Pratteln
  • 12/12/2019 - Arstidir - La Laiterie - Strasbourg
  • 13/12/2019 - Ghost - Zénith - Strasbourg
Prochaines sorties