Neoprog.eu
Menu

Banks Of Eden
The Flower Kings - Banks Of Eden
Titre : Banks Of Eden
Groupe : The Flower Kings
Sortie : 2012
Label : Inside Out Music
Format : CD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

    Formation en 1995

    Jonas Reingold [bassiste], Tomas Bodin [clavier], Hasse Fröberg [], Roine Stolt [guitariste], Hasse Bruniusson [batteur]

    Banks of Eden, le dernier album de The Flower Kings, est également le premier album du groupe que j'écoute sérieusement.

    Même si j'ai souvent entendu - plus qu'écouté - des titres du groupe suédois, je n’avais pas encore réellement fait l’effort de me plonger dans leur musique.

    Car il s’agit bien d’effort quand même. La musique de The Flower Kings n’est pas accessible dès la première écoute, ou alors pas sans un entraînement certain et une bonne connaissance du groupe.

    Banks of Eden n’échappe pas à cette règle. Il faut consacrer ses deux oreilles et tout son cerveau à la musique, sinon le risque de décrochage est grand, surtout avec un premier titre, Numbers qui dépasse les 25 minutes quand même.

    Un album 5 titres et dans l’édition deluxe, un CD supplémentaire comprenant 4 titres et une interview du groupe.

    Étrangement, Numbers, avec ses 25 minutes de musique, est un des morceaux le plus accessible. Il s’agit d’une magnifique pièce cohérente, musicale, avec de nombreuses constructions qui s’enchaînent tout en douceur. Le titre, très instrumental, nous ballade de thèmes faciles à des constructions genesissiennes en passant par des choses beaucoup plus techniques et pourtant dès la seconde écoute on se surprend à fredonner les paroles. C’est un peu un grand format à la Transatlantic mais avec des blancs montés en neige, ça semble léger à l’oreille et pourtant la musique est complexe, technique, brillante.
    Une pure merveille à écouter très fort !

    Avec For The Love Of Gold, le contraste est énorme, c’est tout ce que je n’aime pas chez The Flower Kings, le côté bondissant de la musique sur des constructions progressives qui ne laissent pas vraiment le temps souffler.

    Pandemonium, malgré son petit format, se joue bien de nous. En un peu plus de six minutes, le titre enchaîne les changements de rythme, sans nous ménager et pourtant tout en finesse, un petit bijou de construction musicale bourré de références. Un coup de maître pour les suédois, jouer autant sur la technique et les constructions progressives acrobatiques tout en rendant le titre accrocheur et ludique. Du bonheur !

    Du coup For Those About To Drown fait un peu une entrée avec des gros sabots avec son introduction mais ça va. Il y a ensuite un joli travail sur les parties vocales, c’est assez léger, ambiance de cirque par moment, un joli thème à la guitare, peut-être un peu trop convenu.
    On reste quand un peu sur sa faim après le titre précédent.

    Pour finir le premier CD de l’édition deluxe, on se repose un peu avec Rising The Imperial. Un morceau apaisé avec un refrain tranquille, une musique soft, solo de guitare à la Gary Moore, c’est beau même si c’est un peu classique.

    Dans le second CD vous pourrez déguster Illuminati, un instrumental très floydien qui a lui seul justifie l’achat de cette édition.

    Fireghosts fait un peu penser à du Bruce Springsteen sur l’album The River, moi j’aime bien à petite dose, guitare chant et orgue, vous ne serez pas trop chahuté sur se titre là au moins.

    Avec Going Up on revient à des constructions moins planplan, brève intro déjantée, couplet tranquille, son de cithare, refrain à 180°.

    Lolines avec son refrain comme une invocation, son mélange de sons très rock avec des touches progressives, est assez accrocheur, facile à écouter même s’il part en vrille vers la fin.
    Pas mal du tout en fait.

    Pour une première immersion dans The Flower Kings que dire ? Il y a du génial avec Numbers, Pandemonium et Illuminati, de l’inaudible ou limite avec For The Love Of Gold et puis des choses sympatiques comme Rising The Imperial, Fireghost ou LoLines.
    Pour les textes, ne me demandez pas, je n’ai rien compris... C’est comme ça.


    Rédigé par Jean-Christophe le 03/07/2012
    Commentaires
    Aucun commentaire
    Le magazine papier
    Magazine n°5 Magazine n°6
    Prochains concerts
    Prochaines sorties