Neoprog.eu
Menu

Make Me Young Etc
Thumpermonkey - Make Me Young Etc
Titre : Make Me Young Etc
Groupe : Thumpermonkey
Sortie : 2018
Label : Rockosmos
Format : CD
Genre : Alternatif
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Veldt
  • Cranefly
  • Figstorm
  • Buttersun
  • Deckchair For Your Ghost
  • Make Me Young etc
  • TempeTerra

Formation en 2003

Michael Woodman [chanteur,guitariste], Ben Wren [batteur], Rael Jones [guitariste,clavier], Sam Warren [bassiste]

Que feriez-vous s’il ne vous restait qu’un jour à vivre ? Contempleriez-vous votre existence en évoquant avec regret tout ce que vous n’avez pas pu réaliser ? Vous jetteriez-vous frénétiquement dans une orgie de plaisirs jusqu’à en mourir ? Attendriez-vous, paisiblement installé dans un transat, au milieu d’un parc verdoyant, que l’astéroïde qui, après avoir fendu l’espace des siècles durant, ne vienne percuter la Terre, précisément sur la ville qui s’étend à vos pieds ?

Thumpermonkey

Le petit singe londonien, après un bref court circuit, nous revient âgé de quelques mois de plus, quelques mois qui semblent avoir pesé sur le choix du nom de leur nouvel album, Make Me Young Etc.

En 2012, Michael Woodman, le chanteur guitariste du groupe, recevait le courriel d’un mystérieux Max annonçant la fin du monde. Woodman considéra tout d’abord le message de Max comme une grosse farce, mais au fil des mois il pensa de plus en plus à cette idée de fin du monde, jusqu’à ce qu’elle l’obsède au point de donner naissance à un album.

Deux transats vides, posés sur une pelouse verdoyante, dans un parc arboré, contemplent l’astéroïde en suspension au dessus de la ville. Une vision apaisée des toutes dernières secondes d’un monde que l’homme semble avoir déserté. Un monde loin des turpitudes de la vie, du bruit, des guerres.



Make Me Young Etc pourrait s’écouter comme une pièce de trente-huit minutes. Trente-huit minutes avant que l’astéroïde ne percute la Terre et mette fin à toute vie, minutes pendant lesquelles le piano de Rael joue avec les harmonies vocales jazzy improbables de Michael sous les coups de boutoir de la basse de Sam et la batterie légère de Ben.

Pour décrire la musique de Thumpermonkey, les médias usent du terme passe-partout de crossover progressif. Nos anglais se sont appropriés les années soixante-dix, Genesis, Supertramp, mais ils ont aéré les compositions de chantilly jazzy et de motifs classiques, alliant émotion et douceur sans sombrer dans le pompeux démonstratif. Il ne s’agit pas franchement d’une musique grand public, même si elle reste facile d’écoute. Ne cherchez pas de couplet/refrain, de solo de guitare et laissez vous emporter par la voix et les claviers. Ne cherchez même pas à écouter un titre plutôt qu’un autre, commencez avec ‘Veldt’ et finissez avec ‘TempeTerra’, vous pouvez même recommencer plusieurs fois. Cela ne vous empêchera pas de préférer peut-être un titre plus qu’un autre, ça n’est pas interdit. Pour ma part je succombe à chaque fois en écoutant ‘Figstorm’, sans doute du fait de sa nature piano classique répondant à un chant jazzy.

S’il ne me restait qu’un jour à vivre, je choisirais d’écouter le vinyle Make Me Young Etc pour le faire tourner encore et encore sur ma platine, jusqu’au dernier moment, pour savourer jusqu’à la fin la musique de Thumpermonkey.


Rédigé par Jean-Christophe le 19/11/2018
Commentaires
Aucun commentaire
Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties