Neoprog.eu
Menu

Amazingous
Cheetos Magazine - Amazingous
Titre : Amazingous
Groupe : Cheetos Magazine
Sortie : 2019
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Chili Guillermo
  • Cheese Cheater
  • Outflow
  • Ready to Rumble
  • Close Your Eyes
  • Scum
  • A.W.K.W.A.R.D.
  • Big Boy

Esteban Navarro [chanteur,clavier], Matias Lizana [clavier,percussions], Manel Orella [guitariste], Alex Marques [bassiste], Gerard Sala [batteur,percussions]

Ils sont barcelonais, ils sont cinq, et ils ont déjà trois albums en cinq ans à leur actif. Leur petit dernier s'appelle Amazingous, et il est sorti en Février dernier. Oui, je vous l'accorde, cela fait déjà quelques mois. Comme dit l'adage, mieux vaut tard que jamais, surtout pour un tel album.

J'étais tombé, il y a déjà quelque temps et au hasard de mes pérégrinations sur Internet sur une photo du 2Days Prog+1 représentant quelques escogriffes en combinaison de toutes les couleurs sur scène, et j'avais trouvé cela culotté et original. "Tiens, des gars qui ne se prennent pas au sérieux, c'est déjà bon signe. Cheeto's Magazine, c'est le nom du groupe ? Bon, là ils doivent être carrément fêlés et fumer leurs chaussettes". Le temps faisant son œuvre, ils sont malheureusement passés aux oubliettes, jusqu'à ce que ce dernier Amazingous et ses forces bleue, verte, rose et orange et jaune devant (qui a dit force brune derrière ?) remontent dans nos tablettes (oui, je ne suis sûrement pas le seul français à avoir pensé au fameux sketch des inconnus). Voilà pour le petit historique.

Déjanté est, je crois, un des maîtres mots qui peut caractériser ce groupe. Ainsi que leur musique. Ah et puis leur pochette aussi. Et leur look bien sûr. J'oubliais leurs voix aussi. Et leurs paroles. Finalement ces espagnols sont cohérents de bout en bout dans leur déjantitude. De sympathiques barjos en fait. Baser une chanson sur un dialogue entre un rat qui chourave du fromage dans un buffet de Brie, Gouda, Rochefort et autres Parmesan et son propriétaire qui veut l'écraser pour mettre ses yeux dans une boîte à cookies, fallait oser.

cheeto's magazine

C'est tout d'abord aux Cardiacs que j'ai pensé en entendant la voix singulière d'Esteban dès le début de 'Chili Guillermo'. Une voix aiguë complètement folle, digne d'un improbable personnage foldingue de dessin animé. En décortiquant et en analysant un peu ce titre, on a tous les ingrédients qui font pour moi la saveur de cet album: de l'énergie à revendre, des claviers qui s'en donnent à cœur joie, de bons gros accords de guitares, des motifs enjoués, sautillants et joyeux, une coupure calme au piano en contraste total avec tout ce joyeux bordel, un solo de guitare fulgurant qui part dans la stratosphère, sans oublier un klaxon farceur ainsi que des chœurs qui fusent constamment. Une sorte de feu d'artifice de notes qui pètent, qui fusent et partent constamment dans tous les sens. Une musique qui vous laisse rarement de répit.

Tous les autres titres sont du même tonneau: petits motifs rigolos complètement inattendus, chœurs déjantés et sympathiques, courts intermèdes calmes avant de relancer les clowns sur la piste de cirque, dialogue complètement barré sur des trompettes et un petit motif de jazz band ('Outflow'). On peut aussi y ajouter un loup qui hurle à la mort, quelques bourrasques en forme de résumé musical qui vous emportent au ciel en un quart de tour ('Ready to Rumble'), une intro joyeuse, d'autant plus entraînante qu'elle est enfantine, ainsi que des chœurs qui cette fois me font penser à Queen avant de revenir en mode Cardiacs ('A.W.K.W.A.R.D'). 'Scum', quant à lui, est le titre instrumental de l'album, et nous prouve, entre sirènes et conversations de police, basse jazzy, ambiance fugace à la Panthère Rose, sonorités de Hammond et guitare qui explose, que le groupe sait aussi balancer la sauce avec une basse qui poutre bien.

cheeto's magazine

Seul le titre 'Close Your Eyes' détonne particulièrement dans tout ce joyeux bazar, car beaucoup plus calme et posé que la moyenne. Un titre caméléon qui change constamment d'ambiance et de couleur. Tour à tour atmosphérique, mystérieux avec des chœurs très spatiaux, ensuite très pop, frais, en mode feel-good, il devient ensuite plus grandiloquent, plus imposant avec une combinaison basse bien grasse / chœurs haut perchés qui me font penser très fugacement à Devin Townsend. Un titre où le joli travail sur les voix est particulièrement présent et qui paradoxalement ne semble jamais partir, contrairement aux titres précédents.



Je finirai cette chronique avec le dernier morceau, 'Big Boy', un titre de vingt-cinq minutes articulé en cinq chapitres et qui semble raconter la vie d'un homme. Je vous laisse découvrir ce titre, mais sachez encore une fois que c'est assez énorme. Tout y passe: une intro dont les deux premières minutes sont complètement folles, avec un nombre hallucinant d'articulations, un sitar qui s'invite, une double pédale qui chauffe, quelques dissonances en court rappel humoristique, une séquence en mode Inspecteur Gadget, des parties enjouées et plus calmes, des articulations et petites trouvailles mélodiques à la pelle. Le tout pour finir sur un solo de guitare qui déchire et qui conclut cet album.

Amazingous est finalement un album complètement fou(traque) et déjanté, composé par d'excellents artistes qui vont au bout de leurs idées et qui semblent prendre un malin plaisir à dynamiter tout code ou convention. Il y a de l'énergie, de l'audace, beaucoup d'humour et d'auto-dérision. Ca claque, ça vous emporte, c'est rafraîchissant, c'est original, ça revigore. En tout cas, vous l'aurez compris, je recommande chaudement Cheeto's Magazine pour sa musique et ses couleurs éclatantes !


Rédigé par Laurent le 07/06/2019
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog
Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties