Neoprog.eu
Menu

The Cuckoo Gene
Chronolord - The Cuckoo Gene
Titre : The Cuckoo Gene
Groupe : Chronolord
Sortie : 2020
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Space rock
Achat : ici
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Annihilation
  • Construction
  • Anticipation
  • Activation
  • Infliction
  • Decision
  • Intervention
  • Contemplation
  • Solution
  • Continuation
  • Creation

Andy Cook [guitariste,bassiste,clavier,batteur], Tim Readman [chanteur]

Un peu plus de quatre-mille-six-cents kilomètres séparent Baltimore de Vancouver, Andy Cook de Tim Readman. Mais ne dit-on pas que “La musique n’a pas de frontières” ? De la rencontre de ces deux artistes aux studios Tires’ Gatos à Towson près de Baltimore est né un concept album de science-fiction. Tim s’est attelé aux paroles et a enregistré les mélodies vocales, Andy a composé la musique. Voici The Cuckoo Gene.

Chronolord

L’album raconte une fable dans laquelle l’homme tente de sauver les derniers survivants de son espèce après l’effondrement de son écosystème. Un sujet aujourd’hui brûlant d’actualité.

Nous embarquons pour onze morceaux en “tion”, de ‘Annihiliation’ jusque ‘Creation’, un voyage en stase, de la Terre jusqu'à une planète lointaine, afin de donner une nouvelle chance à l’humanité. Le rythme de The Cuckoo Gene est inhabituel pour du rock progressif, faisant songer à du Bod Dylan, du David Bowie, du John Lennon plus qu’à du Neal Morse. Un son sixties/seventies sans les débordements du genre, parfois folk, parfois rock, qui m’a séduit tout de suite par sa sobriété. Les paroles sont au coeur de l’album, ne laissant que peu de place au sections instrumentales, des guitares folk, rythmiques, rarement électriques avec des claviers et un peu de batterie. Un album récitatif donc et de relative courte durée où l’histoire domine la musique sur les six premiers morceaux avant de basculer sur un son plus rock à partir de ‘Intervention’.



Le monde s'effondre dans ‘Annihilation’ aux sonorités de claviers et d’une guitare rythmique. Les survivants, en hibernation, surveillés par des machines, partent vers une planète lointaine sur des claviers à la Vangelis et une guitare acoustique (‘Anticipation’). Hélas, dans ‘Activation’, la voix désincarnée d’une machine nous apprend que la cryogénisation vire au cauchemar et qu’un seul passager semble pouvoir survivre. Sur les riffs à la Ayreon de ‘Infliction’, nous découvrons alors la folie de l’unique rescapé : “Everything for me, all for me”. Les robots tergiversent sur la marche à suivre puis réécrivent les lois qui les régissent afin de se préserver et de sauver l’humanité. Ils confinent le survivant dans le très rythmé ‘Intervention’ et c’est au son rock ‘Solution’ de que les machines sauvent l’humanité de sa propre folie. La fable s’achève avec ‘Creation’, à la surface d’un nouvel Eden où ne rampe aucun serpent.

Si The Cuckoo Gene est un album à petit budget avec son artwork bricolé et une musique relativement minimaliste, c’est justement cette sobriété, l’histoire proposée, comme le chant de Tim qui en font le charme. Alors allez le découvrir, il est sur Bandcamp.


Rédigé par Jean-Christophe le 10/04/2020
Commentaires
Aucun commentaire
Discographie
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
A lire aussi
Prochains concerts
Prochaines sorties