Visions (20017)
Haken - Visions (20017)
Titre : Visions (20017)
Groupe : Haken
Sortie : 2017
Label : Inside Out
Format : CD
Genre : Métal progressif
La chronique chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

    Formation en 2007

    Ross Jennings [], Richard Henshall [clavier], Charles Griffiths [], Thomas MacLean [], Diego Tejeida [clavier]

    Quelle idée me diriez-vous d'être allé habiter perdu dans le sud-ouest !! Oui, il y a de belles montagnes, l'océan à portée de main, les bons plats, le foie gras et les saucisses confites... mais question concert de prog, c'est pas top. A côté de ça, Haken fête ses dix ans avec une nouvelle tournée, dont une date le jour de mon anniversaire... travail oblige, je ne pourrai m’y rendre. J’ai essayé de faire un petit mot à mon patron avec le double motif anniversaire et concert de Haken, mais curieusement, il a refusé. Pour faire un peu de politique, je voterai à la présidentielle pour le candidat qui rendra possible de prendre un congé pour concert ou festival de musique prog.

    Pour me consoler, l'équipe de Neoprog a bien voulu me laisser chroniquer les deux albums réédités du groupe. Je ne vais pas m'attarder sur les musiciens, j'en ai déjà quelque peu parlé dans la chronique d'Aquarius. J'ajouterai juste que les cinq albums d'Haken ont leur place dans mon top dix des meilleurs albums. Place donc à Visions !!

    Sans vouloir passer pour un romantique, cet album est peut-être celui qui me fait le plus vibrer. S'il y avait une échelle des degrés de dressage de la pilosité des membres inférieurs et supérieurs, Visions serait dans le haut du classement. Que d'émotions s'échappent de cette œuvre !! Vraiment !!! J'en suis presque à pleurer encore à chaque écoute de l'album tellement ce mélange d'harmonies, de timbres, de couleurs, mais aussi d'énergie et de puissance me touche au plus profond de moi. J'en tomberais presque amoureux.

    Essayons d'être pragmatique... pourquoi ce déluge d'émotions ?
    L'harmonie est sûrement le point clé. L'art d'assembler les notes, de les enchaîner afin de créer un morceau. Les douze mêmes notes qu'utilisaient déjà Jean Sébastien Bach, et bien d'autres encore avant. Mais il y a ceux qui ont le génie de cette harmonie, et d'autres qui ne l'ont pas. Alors oui, je n'ai pas peur de le dire, un peu comme Beethoven, Berlioz, Strauss (Richard...), Ravel (mon préféré) et bien d’autres, les membres d'Haken proposent une architecture harmonique assez redoutable en démontrant qu'ils maîtrisent avec perfection le système tonal.
    Bien sûr Haken est un groupe de métal. Et c'est peut-être là que le génie réside. Le métal nous a habitué à des sonorités très dures, et avec donc une harmonie plutôt sombre (tonalités mineures par exemple) et des accords simples mais efficaces. Haken garde les timbres du métal sur une harmonie complexe et variée en constant mouvement.
    Bien sûr, l'harmonie ne fait pas tout. Nombres de samples orchestraux bien placés tout le long de l'album sont là pour embellir les nombreuses envolées harmoniques.
    Et que serait un album de metal prog sans ses passages instrumentaux et leurs démonstrations de virtuosité (faut bien faire bosser les guitaristes !!!), ou encore sans leurs mesures asymétriques et autres polyrythmies des plus complexes...

    Haken

    Est-il possible de parler de Visions sans parler du dernier titre éponyme de l'album ? Peut-être le meilleur morceau que le groupe ait composé. Il est une oeuvre complète à lui tout seul, ne serait-ce que par sa durée : 22'27. Dès l'introduction, le ton est donné : mélange doux de sons électroniques et d'instruments à cordes qui va crescendo. Les cuivres apportent ensuite leur timbre puissant à cette lente progression. Alors la batterie entre en jeu ainsi qu'une guitare en arpège, pour enfin aboutir au thème flamboyant du titre. Tel un rondo classique ce thème ponctue le titre comme un refrain. S'intercale alors des couplets tous différents les uns des autres. Le premier reste dans l'esprit du refrain, mais en plus calme. Le deuxième, avec une couleur déjà légèrement modifiée, mais il reste fidèle au refrain. Au troisième, on change complètement d’univers avec un passage instrumental très métal, paradoxalement agrémenté de petite touches jazzy et un autre aux couleurs arabisantes. Ce passage instrumental des plus décoiffants aboutit à une transition, tel un récitatif d'opéra, avec en leitmotiv les arpèges tirés de l'introduction et du refrain. Après un extrait des plus violents, la musique se calme. On retrouve le refrain du début en version acoustique, guitare et chant avec en bonus un joli solo de guitare. Le groupe ne s'arrête pas là avec un curieux riff à la fois groovy et burlesque. On retrouve le refrain dans toute sa splendeur auquel se rejoignent les cordes du début. On croit que c'est la fin... mais non la caisse claire relance le thème accompagnant un contrepoint du quatuor à cordes qui fait doucement remonter la puissance. Relance de batterie, pour la dernière apothéose, le bouquet final avec tout un orchestre, un choeur, les cors en contre-chant, afin de rendre à ce thème tout son potentiel émotif, et quand la musique atteint son paroxysme, elle s'arrête, nette, presque brutale, un court instant, pour laisser le quatuor reprendre tranquillement une dernière fois ce thème et conclure le plus délicatement possible.

    Cette musique s'écoute en plusieurs fois. On la redécouvre à chaque fois, et on peut apprécier à sa juste valeur seulement au bout de la troisième ou quatrième écoute...
    Tout ce roman... mais pour pas grand chose au final car je ne suis pas écrivain. J'espère juste vous donner envie de tenter cette expérience, de vous mettre dans votre canapé, avec votre meilleur système d'écoute disponible, de vous isoler le temps de l'album et d'apprécier ce moment.

    Petite note au sujet de la réédition de cet album. Comme pour Aquarius, elle n'apporte pas forcément grand chose. Les sons sont légèrement plus clairs, notamment en ce qui concerne la guitare basse. Même si cette réédition semble légèrement commerciale, Visions n'en reste pas moins un chef-d’œuvre à ne pas manquer.

    Facebook : https://www.facebook.com/HakenOfficial/

    Vidéo :


    Rédigé par Illegaume le 10/02/2017

    Commentaires
    Aucun commentaire
    The Black Fall - The Time Traveler
    06/03/2017   The Black Fall - The Time Traveler
    Eremo - s/t
    03/03/2017   Eremo - s/t
    The Green Violinist - Receive and transmit
    01/03/2017   The Green Violinist - Receive and transmit
    The Mute Gods - Tardigrades Will Inherit The Earth
    27/02/2017   The Mute Gods - Tardigrades Will Inherit The Earth
    Mike Oldfield - Return to Ommadawn
    24/02/2017   Mike Oldfield - Return to Ommadawn
    Dimension Eleven - Stardust
    23/02/2017   Dimension Eleven - Stardust
    Peter Silberman - Impermanence
    22/02/2017   Peter Silberman - Impermanence
    Opale - Immensité
    20/02/2017   Opale - Immensité
    The Random Monsters - Going Home
    17/02/2017   The Random Monsters - Going Home
    Nord - Alpha
    15/02/2017   Nord - Alpha
    Tim Bowness - Lost In The Ghost Light
    13/02/2017   Tim Bowness - Lost In The Ghost Light
    Haken - Visions (20017)
    10/02/2017   Haken - Visions (20017)
    Slyde - Back Again
    08/02/2017   Slyde - Back Again
    O.R.k. - Soul Of An Octopus
    06/02/2017   O.R.k. - Soul Of An Octopus
    Haken - Aquarius (2017)
    03/02/2017   Haken - Aquarius (2017)
    Haken - Aquarius
    10/04/2017   Haken - Aquarius
    Exquirla - Para Quienes Aún Viven
    01/02/2017   Exquirla - Para Quienes Aún Viven
    Siljan - Light In Chaos
    30/01/2017   Siljan - Light In Chaos
    Rani Chatoorgoon - Samasara
    27/01/2017   Rani Chatoorgoon - Samasara
    The Aurora Project - World of Grey
    25/01/2017   The Aurora Project - World of Grey
    Prochains concerts
    • 27/04/2017 - CODA - Le Blogg - Lyon
    • 27/04/2017 - Morrighans - Le Blogg - Lyon
    • 28/04/2017 - Marillion - De Montfort Hall - Leicester
    • 28/04/2017 - Antimatter - Salem - Haillan
    Prochaines sorties