Neoprog.eu
Menu

Trips
Long Distance Calling - Trips
Titre : Trips
Groupe : Long Distance Calling
Sortie : 2016
Label : Inside Out Music
Format : CD
Genre : Post-rock

La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Getaway - instrumental
  • Reconnect
  • Rewind
  • Trauma - instrumental
  • Lines
  • Presence - instrumental
  • Momentum - instrumental
  • Plans
  • Flux - instrumental

David Jordan [guitariste], Florian Füntmann [guitariste], Janosch Rathmer [batteur], Jan Hoffmann [bassiste]


Invités:
Martin 'Marsen' Fischer : claviers, piano, bruitages
Petter Carlsen : voix

Trips sera le cinquième album que les allemands de Long Distance Calling (LDC) originaires de Münster sortiront à fin Avril. Nouvelle chronique, nouveau groupe pour votre serviteur, avec la légère frustration de ne pouvoir vous donner un recul par rapport à la discographie complète du groupe, qui fêtera son dixième anniversaire l'an prochain.
Donnons déjà en guise de repères quelques éléments sur cette formation. LDC a commencé avec des albums instrumentaux, c'est la raison pour laquelle vous verrez souvent l'estampille post rock sur ce groupe. Soucieux de se renouveler encore et toujours, et n'étant lié à aucun carcan, des paroles ont été posées sur leur dernier album The Flood Inside, avec la voix de Martin, remplacé par le norvégien Petter Carlsen sur ce nouveau Trips. Martin Fischer, quant à lui, assure la partie claviers et bruitages électroniques disséminés ça et là tout au long des différentes pistes. Le groupe a collaboré avec des artistes tels que Jonas Renkse (Katatonia), John Bush (Anthrax) or Vincent Cavanagh (Anathema). Les références en ce qui concerne leurs tournées sont aussi prestigieuses, puisque la formation a déjà joué au festival Rock am Ring, et a aussi tourné, entre autres, avec Katatonia et Protest The Hero.

Le texte énoncé par une voix calme et grave dans le court titre atmosphérique 'Presence' illustre bien l'idée que le groupe souhaite véhiculer dans cet album Trips :
'Nous avons tous nos machines à voyager dans le temps, n'est-ce-pas ?
Celles qui nous ramènent à nos souvenirs
Et celles qui font avancer nos rêves'

Trips c'est donc un voyage dans le temps, aussi bien dans le passé que dans le futur, et dont la musique est vue comme grand support et facilitateur. Du temps qui a distordu la vision au monde de l'enfant devenu homme ('Reconnect'), à la volonté de revenir dans un monde antérieur ('Rewind'), en passant par les rêves et leur imagination fertile permettant toutes sortes d'abolissement du temps ('Lines', 'Plans'), le thème est bien présent dans les titres chantés qui forment un bon équilibre avec les titres instrumentaux.

Long Distance Calling - Trips

Là encore, tout est bon dans cet album qui passe allègrement d'une ambiance pop-rock avec l’entraînant Getaway, à un côté plus métallisant sur ce 'Reconnect', titre qui m'a fait penser un peu à Linkin Park sur certaines sonorités, côté qui vire carrément au métal par exemple sur le refrain frénétique de ce 'Lines' réhaussé de sonorités de cymbalum, ou sur cette lourde chevauchée implacable de guitares sur ce 'Trauma', qui laisse aussi une belle place à l'expression de basse, et effectue une belle pause post rock, avant de remettre ses chevaux hurlants en course. A l'autre bout du spectre se trouvent le flottement atmosphérique de longues notes graves d'un piano accompagnant une voix lente, les trois notes grinçantes et plaintives de 'Presence' qui se perdent dans un éther supporté par quelques notes cristallines en écho, ou bien ce cœur battant la mesure d'un piano grave sur 'Plans', titre qui finit par s'éclairer, exploser après trois notes de piano, pour épaissir et corser progressivement sa ligne musicale, et terminer en bouquet final dans un déluge de guitares électriques, d'accords bien sentis et de cymbales.

Je ne finirai pas cette chronique avant d'avoir parlé de deux titres particuliers pour moi dans cet album. Le premier, 'Momentum', qui a de grandes chances de faire un tabac en live pour la simple raison qu'on va sûrement avoir envie de bouger sans retenue tout son corps sur ce titre : une batterie en furie dès l’intro et dont le jeu vous bluffe encore plus vers les 1'45'', une guitare alerte, entrainante et au motif positivement communicatif, sans compter une pause au milieu du morceau, enchainant sur une nouvelle articulation et son solo de guitare en trame principale. Quelle fraicheur ! Le jeu du batteur, en exergue dans ce titre, m'a aussi particulièrement séduit. Ecoutez la batterie, essayez de disséquer la richesse du jeu de percussions, ainsi que les subtilités de rythme dans 'Getaway', 'Lines' ou 'Flux'. Je ne sais pas dire si c'est dû à l'écriture ou au talent de Janosch - sûrement les deux -, en tout cas ce point a particulièrement retenu mon attention.

Le second titre, 'Flux', titre atmosphérique de plus de douze minutes, ne finira vraiment par relâcher son emprise qu'aux toutes dernières secondes. Impossible de décrocher tant ce titre parvient à maintenir l'attention par ses transitions et changements continuels : une guitare lointaine qui distend ses notes sur une ambiance marine, une guitare et son riff en quatre notes, ainsi qu'une batterie et son rythme claqué aux baguettes se greffant sur ces cordes, une basse mélodique qui s'affirme, une musique qui s'éclaircit avec des accords acoustiques, des motifs électroniques qui lancent une séquence plus métallique ponctuée par les cymbales. On revient ensuite simplement au couple calme batterie-basse, une guitare solo, une batterie seule qui annonce encore une fois un déluge final allant crescendo jusqu'à la conclusion ponctuée par une horloge qui bat sa mesure, ainsi qu'une voix grave et calme en digression sur le big bang, l'espace et le temps.
Avec ce titre, je vais sérieusement finir par me demander si la mode n'est pas maintenant d'inclure nécessairement un titre long dans un album, afin qu'il puisse bénéficier de l'étiquette et d'une coloration prog. Si ce titre est bon, finalement où est le problème ?

Voilà, pour moi cet album vaut le coup d'être écouté, il vous faudra juste patienter jusqu' au 29 Avril prochain, date de sortie de ce nouveau Trips. Pour les fans français habitant la Nouvelle Austrasie - pour les résidents du Grand Est quoi – ils seront en concert à Karlsruhe le 6 Mai prochain. Qu'on se le dise !

Facebook : www.facebook.com/longdistancecalling

Vidéo :


Rédigé par Laurent le 31/03/2016
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
Prochains concerts
  • 24/10/2019 - Mystery - Z7 - Pratteln
  • 26/10/2019 - Klone - La Laiterie - Strasbourg
  • 26/10/2019 - Mystery - Prog En bauce - Villemeux sur Eure/France
  • 26/10/2019 - Albion - Prog En bauce - Villemeux sur Eure/France
Prochaines sorties