Neoprog.eu
Menu

The Wandering Caravan
Marco Ragni - The Wandering Caravan
Titre : The Wandering Caravan
Groupe : Marco Ragni
Sortie : 2018
Label : Melodic Revolution Records
Format : CD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • What we have done in the past we’ll be in the future
  • Waiting on the threshold
  • Promised land
  • Which is the right path to take
  • It's only fantasy
  • What are we willing to lose to regain our freedom
  • Keep dreaming
  • Back home again

Formation en 1987

Marco Ragni [clavier]

Le précédent Marco Ragni que j’ai écouté rappelait furieusement Pink Floyd, un délice de guitares sans réelle identité hélas. N’étant pas demandeur d’un sempiternel album façon Gilmour ou Waters, j’aurais pu m’arrêter là, mais son dernier disque, The Wandering Caravan, avec son artwork et son titre, titillait ma curiosité, alors j’ai replongé. C’est avec surprise et délice que j’ai découvert sept morceaux légèrement rétro progressifs, un peu jazzy, et un petit dernier ‘Back home again’ renouant quelques instants avec les eaux troubles d’un certain bassiste.

Marco Ragni

Marco parle ainsi de son album : un voyage introspectif, métaphysique, évoquant des souvenirs d’amour, de douleur, de la vie, de sa vie.

Si le titre de l’album et les premières secondes de ‘What we have done in the past we’ll be in the future’ annonçaient une heure orientalisante, dès la troisième minute nous nous installons dans du rétro prog genesissien qui refera surface à de nombreuses reprises, comme dans ‘Keep dreaming’.

Un album nostalgique des 70’s ? Pas exactement, car dès ‘Waiting on the threshold’, l’auditeur averti comprend que Marco brouille les cartes.

La première impression que laisse The Wandering Caravan est celle d’une musique tout sauf lisse, sans les arrangements ajustés en studio pour que cela soit du goût de monsieur tout le monde. Les sons de l’album, le choix des transitions possèdent un touche particulière qui sollicite sans cesse l’oreille et le cerveau, se refusant à la note naturelle, la facilité harmonique, pour en trouver une autre, belle et inattendue. Si tout au long de l’album nous retrouvons des formes à la Genesis, Harmonium, Yes, Camel ou Pink Floyd, aucun des titres ne se rapproche réellement des groupes précités; un tour de force. Hormis le psychédélique ‘It’s only fantasy’ un tantinet déroutant au premier abord, l’album reste très accessible au proghead moyen. Marco laisse la lead guitar à Peter Matuchniak pour se consacrer pleinement au chant et à l’accompagnement, guitare acoustique, basse et mandoline. Luca Zabbini vient faire gronder l’orgue Hammond pendant que Ian Beabout joue de la traversière façon Genesis et Harmonium. Vous entendrez souvent, durant ces cinquante-trois minutes, les instruments à vent de Dave Newhouse, mais également l’oud de Nadav Yitzhak au début de ‘What we have done in the past we’ll be in the future’ et le violon de Michael Zentner dans ‘Back home again’. C’est Jeff Mack qui tient la basse le plus souvent, et la batterie, très prog, a été peaufinée par Maurizio Antonini. Un album riche en musiciens, ancré dans les 70’s et qui fait rimer passé avec modernité.

Marco Ragni

Renouer avec les sonorités des années soixante-dix sans pour autant se vautrer dans le rétro prog académique et nostalgique, tel est le défi réussi de The Wandering Caravan. Et si Marco n’est pas une grande voix du prog, son timbre et son phrasé siéent à merveille à l’atmosphère très particulière de cette caravane vagabonde.

Facebook : https://www.facebook.com/Markspiders

Vidéo :



Rédigé par Jean-Christophe le 12/02/2018
Commentaires
Aucun commentaire