Neoprog.eu
Menu

Courting The Widow
Nad Sylvan - Courting The Widow
Titre : Courting The Widow
Groupe : Nad Sylvan
Sortie : 2015
Label : Inside Out
Format : CD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Carry Me Home
  • Courting The Widow
  • Echoes Of Ekwabet
  • To Turn The Other Side
  • Ship’s Cat
  • The Killing Of The Calm
  • Where The Martyr Carved His Name
  • Long Slow Crash Landing

Nad Sylvan [clavier,batteur]

Invités :

Steve Hackett - guitare
Roine Stolt - guitares
Nick Beggs - basse, choeurs
Jonas Reingold - basse
Nick D'Virgilio - batterie
Gary O'Toole - batterie
Doane Perry - batterie, percussions
Annbjørg Lien - violon
Lars Drugge - guitare acoustique
Rob Townsend – flute & saxophone ténor
Jade Ell - choeurs
Skrut - le chat

Qui est Nad Sylvan ? Un géant blond aux cheveux longs et à la voix mutante, capable d’incarner Phil Colins et Peter Gabriel en même temps. Il est également du projet Unifaun, sorte de Genesis like du 21 ième siècle, il chante souvent pour Steve Hackett comme pour Genesis Revisited II, n’oublions pas Agent of Mercy où il a oeuvré sur trois albums et sa carrière solo avec son troisième album qui sort mi octobre chez Inside Out.
Il s’agit justement de Courting the Widow dont nous parlerons aujourd’hui. Un album où s’affiche le gratin du rock progressif : Steve Hackett, Roine Stolt, Nick Beggs, Jonas Reingold, Nick D’Virgilio et j’en passe.
Nad n’avait pas sorti d’album solo depuis 2003, même si entre temps il y eu Unifaun en 2008.

Courting the Widow est l’histoire d’un vampire qui effectue un voyage en bateau, traversée qui doit le ramener chez lui. L’album contient deux titres anciens, écrits pour Agent of Mercy mais qui ne furent jamais achevés. Les six autres ont été composés par Nad après ses tournées avec Steve Hackett.

Nad Sylvan

Avec Nad, nous renouons avec ce rock progressif qui doit énormément au Genesis de la belle époque, je veux parler des seventies. Même si l’esprit est plus moderne, vous retrouverez sur bien des morceaux comme ‘Echoes of Ekwabet’, cette écriture dans laquelle j’ai baigné adolescent. Le danger de l’exercice, est de ne toucher qu’une petite partie d’un public grisonnant dont je fais partie, les prog-heads comme écrit un confrère helvète. Pour corser la chose, Courting the Widow porte en son sein un énorme bébé de vingt deux minutes dont l’accouchement n’a pas du être aisé.

Nous plongeons dans le 17 ème siècle avec ce vampire à bord d’un navire qui doit le ramener chez lui, un être assez abject pour tuer son fils afin de séduire la veuve. Tous les morceaux ne gravitent pas autour du vampire comme ‘Echoes of Ekwabet’ qui évoque la tribu indienne Potawatomi ou celui où Nad parle du chat à bord du navire ‘Ship’s Cat’ avec les miaulements et ronronnement de Skrut, le chat de Nad Sylvan.
La musique vogue entre rock, progressif classique, symphonique, funky en passant par un air tiré du folklore marin, ‘The Killing of the Calm’ où vous entendrez Annbjørg Lien au violon et Rob à la flûte. Autant dire que l’album est varié au niveau des atmosphères sonores, pour preuve ce ‘When The Martyr Carved His Name’ qui mélange avec brio presque tous les styles.

Nad Sylvan

L’album contient des titres magnifiques : ‘Echoes of Ekwabet’, ‘Long Slow Crash Landing’ ou ‘Courting The Widow’ et ‘Ship’s Cat’ qui sans grimper au rideau est un agréable interlude à l’histoire. ‘The Killing Of The Calm’ et When The Martyr Carved His Name’ sont des pièces également intéressantes de part leur écriture qui diffère du reste de l’album. Après ‘To Turn The Other Side’ traîne en longueur et le morceau qui ouvre l’histoire, ‘Carry Me Home’, ne me parle pas vraiment. Au milieu de tout cela, percent de splendides passages servis par de fabuleux musiciens qui méritent le détour.

Facebook : https://www.facebook.com/nad.sylvan


Rédigé par Neoprog le 23/09/2015
Commentaires
Aucun commentaire
Prochains concerts
Prochaines sorties