Neoprog.eu
Menu

The Withering
Naryan - The Withering
Titre : The Withering
Groupe : Naryan
Sortie : 2020
Label : Progressive Gears Records
Format : CD
Genre : Progressif
Achat : ici
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • The End
  • You Are The One
  • Now You're Gone
  • IV
  • Black Swan
  • Until We Meet Again
  • Hear me Now
  • Room of Angel
  • The World Is Filled With Silence
  • Takamaa

Formation en 2005


Naryan s’est formé en Finlande en 2005 autour de Harri Rantanen et de Lauri Kevero. En quinze années le groupe a connu plusieurs défections et remaniements, ce qui ne l’empêche pas cette année de proposer un nouvel album intitulé The Withering.

Naryan

Avec trois voix, un chœur, un violon, un violoncelle, un trombone, un bugle, une trompette, une flûte, des instruments électriques et sept musiciens, le groupe écrit un rock progressif mélancolique avec beaucoup de pathos. Dans le même genre, vous trouverez par exemple Silent Skies, mais là où Satellites​ évite le chamallow, The Withering tombe au fond du paquet.

Le livret dévoile de vieilles photographies monochromes sur lesquelles les paroles des chansons s'inscrivent en lettres cursives blanches, des pages où apparaissent à chaque fois une forme géométrique intrigante basée sur le carré.

Les dix morceaux d’assez courte durée tiendraient sans peine sur un vinyle. Mon titre préféré, même s’il dégouline de violons et de chœurs, s’intitule ‘The World is Filled With Silence’. Bugle, violon, violoncelle, piano et chœur lyrique de l’Opéra de Tampere enrichissent la partition pour en faire une pièce puissante, d’autant plus qu’il s’agit de la plus longue de l’album. J’ai également un faible pour ‘Takamaa’, principalement parce qu'elle est chantée en finlandais (oui, je suis irrécupérable, je sais). Et même si ‘Black Swan’ est mélo à souhait, son petit air western hispanisant ne me laisse pas indifférent. Enfin il y a ‘IV’, fondu enchaîné avec ‘Now You’re Gone’, l’unique et bref instrumental de l’album joué aux cordes et piano.

Pour le reste, si la voix de Tommi est belle, si j’adore le piano, le violoncelle et le violon, je trouve les mélodies convenues, prévisibles et sucrées comme des marshmallows roses et blancs. Cela n’empêche en rien The Withering d’être plaisant à écouter, mais je lui préfère de loin Satellites​.



Rédigé par Jean-Christophe le 16/02/2021
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°8 Magazine n°7
Prochains concerts
Prochaines sorties