Neoprog.eu
Menu

Genesis Revisited - Live At Hammersmith
Steve Hackett - Genesis Revisited - Live At Hammersmith
Titre : Genesis Revisited - Live At Hammersmith
Groupe : Steve Hackett
Sortie : 2013
Label :
Format : CD et DVD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Watcher of the Skies
  • The Chamber of 32 Doors
  • Dancing with the Moonlit Knight
  • Fly on a Windshield
  • Broadway Melody of 1974
  • The Lamia
  • The Musical Box
  • Shadow of the Hierophant
  • Blood on the Rooftops
  • Unquiet Slumbers for the Sleepers
  • In That Quiet Earth
  • Afterglow
  • I Know What I Like
  • Dance on a Volcano
  • Entangled
  • Eleventh Earl of Mar
  • Supper’s Ready
  • Firth of Fifth
  • Los Endos

Steve Hackett [guitariste]

Après l’excellent Genesis Revisited II, Steve Hackett revient avec le live, enregistré à Londres au Hammersmith, un triple CD et double DVD où il rejoue pour notre plus grand bonheur des titres emblématiques d’un des plus grand groupe de rock progressif des années 70’s, j’ai nommé Genesis.

Bien entendu, Steve n’est pas venu seul avec une guitare acoustique. Il s’entoure de fabuleux artistes comme Nad Sylvan, Roger King, Gary O’Toole, Lee Pomeroy et Rob Townsend pour recréer une formation à la hauteur du quintet d’origne dont seul monsieur Hackett semble vouloir commémorer l'œuvre.

Steve Hackett ne commet pas l’erreur commune de rejouer les morceaux en costumes. Les artistes se consacrent totalement à la musique et laisse tomber le décorum si cher à Peter Gabriel. Alors évidemment, ça ne bouge pas beaucoup sur scène, à part Nad au chant qui se déplace de temps en temps et qui se grime un peu. Le show restera donc très statique.

Il y a tout de même trois écrans pour agrémenter la scène et des éclairages bien pensés pour renforcer le spectacle, mais l'essentiel se passe autour des musiciens.

A part Shadow Of The Hierophant issu de la discographie de Steve et d’un Los Endos assez atypique, le groupe joue du Genesis à la note près, même si l’ajout d’une clarinette, d’un saxo ou d’une troisième guitare vient enrichir parfois la partition. La voix de Nad se prête à merveille au timbre de Gabriel et le clavier reprend bien le chant de Phil.

Voir du Genesis joué en live n’est plus chose courante à part quelques tributes pas toujours à la hauteur de la tâche. Qui plus est, écouter Steve Hackett rejouer avec virtuosité sur sa guitare les morceaux qui ont rythmé mon adolescence est un plaisir inégalable. Le son est de très bonne facture et le jeu des musiciens irréprochable. Le concert est très bien filmé malgré le côté statique du spectacle. Ce sont les caméras et les lumières qui vont donner la dynamique suffisante pour que le DVD possède un intérêt face aux CDs. L’image ne se focalise pas tout le temps sur Steve et navigue d’un artiste à l’autre en prenant son temps.

Les invités qui se produisent au fur à mesure du concert créent des minis évènements bien sympathiques et donnent un rythme intéressant au concert. Steve Rothery et son jeu de guitare si particulier, Amada Lehmann, damned une femme avec une guitare chantant du Genesis ? Ben oui, tout peu arriver dans un concert, même John Wetton (Asia) fait une brève apparition, ce n’est pas forcément le plus fort moment du concert même si le public salue avec enthousiasme cet invité de marque. Passerons également sur scène Jakko Jakszyk et Nik Kershaw.

Dans les titres énormissimes il ya Watcher of The Skies qui débute le concert et Supper’s Ready dans sa version intégrale, mais également Los Endos construit comme un medley final assez éblouissant.

Une fois n’est pas coutume, je préfère l’édition DVD même s’il lui manque deux titres. Pourquoi ? Tout d’abord car en CD, est sorti il y a peu Genesis Revisited II qui possède une qualité sonore inégalée, touchant à la perfection, et même si le live est de belle facture, cela reste un live. Ensuite parce, connaissant par cœur, note après note chacun des titres proposés, l’image leur apporte quelque chose de nouveau. Enfin, parce que je ne possède aucun live de Genesis où sont joués ces morceaux oniriques. En parlant DVD, le bonus vaut vraiment le détour même s’il est relativement court, Steve y explique l’origine du projet, présente les musiciens, le choix des titres et plein d’autres choses intéressantes.


Rédigé par Classico le 06/11/2013
Commentaires
Aucun commentaire