Neoprog.eu
Menu

Before The Winter
Witchwood - Before The Winter
Titre : Before The Winter
Groupe : Witchwood
Sortie : 2020
Label : Jolly Roger Records
Format : CD
Genre : Heavy progressif

La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Anthem For A Child
  • A Taste Of Winter
  • Feelin
  • A Crimson Moon
  • Hesperus
  • No Reason To Cry
  • Nasrid
  • Crazy Little Lover
  • Slow Colours Of Shade
  • Child Star [LP bonus track / Marc Bolan cover]

Formation en 2010

Riccardo Dal Pane [percussions], Andrea Palli [batteur,percussions], Stefano Olivi [clavier], Luca Celotti [], Samuele Tesori [flute], Antonino Stella []

Voici cinq ans déjà, les italiens de Witchwood faisaient une entrée remarquée dans le monde du hard rock psychédélique avec Litanies from the Woods. Leur second effort, paru un an plus tard, n’avait pas transformé ce premier essai, mais il semblerait que Before the Winter remette le groupe sur les rails.

Witchwood

Witchwood fabrique du bon gros son seventies, du hard rock où orgues et flûtes ajoutent l’âme des pionniers du prog à des compositions souvent musclées. Si les formations de heavy prog vintage sont presque aussi nombreuses que les cover bands de Pink Floyd, Witchwood tire clairement son épingle du jeu en n’imitant personne, s’inventant un style, comme à l’époque où nous portions encore des patte d’eph, des cheveux longs, et nous nous rendions chez le disquaire pour écouter des trente-trois tours.

Pendant un peu plus d’une heure Witchwood nous joue du heavy prog (‘Anthem For A Child’, ‘Hesperus’), du psyché funk (‘Feelin’), du prog seventies (‘Crimson Moon’, ‘Slow Colour of Shade’), du néo classique acoustique (‘Nasrid’), du blues (‘Crazy Little Lover’) et reprend même un morceau de Marc Bolan (‘Child Star’).

Si vous ne connaissez pas Witchwood, commencez donc par écouter ‘Slow Colour of Shade’, une pièce progressive de près de onze minutes qui est certainement le clou du spectacle de Before the Winter. Elle rappelle de bien des manières les précurseurs du prog, à la fin des sixties. Le titre d’abord planant monte en puissance après trois minutes, une longue section instrumentale dans laquelle un chœur incantatoire répète la même phrase.

Pour le heavy prog, écoutez ‘Hesperus’, huit minutes où la flûte de Ian Anderson rencontre les orgues de Jon Lord. Un titre construit en trois mouvements dont un break dans lequel passe un vieil enregistrement audio peut-être tiré du film The Wreck of the Hesperus (1948).

‘Nasrid’ est sans doute le titre le plus improbable sur cet album, il commence à la guitare acoustique, continue néo-classique à la flûte et poursuit avec des chœurs féminins à la manière d’une bande originale de Sergio Leone.

Flûte à la Jethro Tull, orgues à la Deep Purple, funk, americana de western, psychédélique, blues, guitares aux sonorités vintages, prog et hard rock, Before the Winter est plus souvent heavy que planant avec seulement quatre titres sur les dix morceaux qui lèvent le pied. Pour bien apprécier Before the Winter il faut être d’humeur à affronter la morsure du froid, pousser les potards au maximum et sauter dans la pièce pour se réchauffer. Un album de saison.


Rédigé par Jean-Christophe le 07/01/2021
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°7 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties