Live report du 27/10/2015 - Riverside - Le Divan du monde
Riverside - Le Divan du monde 27 octobre 2015

Tournée ; Love Fear and Time Machine

Riverside est venu à Paris pour nous présenter son dernier opus "Love, Fear and Time Machine" et grand bien lui en a pris car une fois de plus nos Polonais chéris nous ont bien gâtés au cours de cette belle soirée d'automne.

Lion Shepherd

Les festivités ont débuté à dix huit heures trente pétantes, puisque pas moins de trois groupes joueront ce soir et c'est les polonais (aussi) de Lion Shepherd qui ouvraient le "bal", combo bien sympathique au demeurant qui a bien chauffé la salle. J'aurai aimé cependant plus de prestance , mais il n'en était rien. Ce groupe jouera à peu près trois quarts d'heure, donnant le meilleur d'eux-mêmes. On les sentait cependant assez limités malgré un léger frémissement sur deux ou trois morceaux qui sortaient du lot, (un ami très fin connaisseur a même acheté leur album, il faut bien les encourager!).

Lion Shepherd

Le guitariste prend même pour deux titres une gratte orientale, appelée oud (j'adore). Ce furent les deux meilleurs passages de leur set à mon goût, mais en résumé rien de très emballant au final, ceci n'engageant que l'auteur de ces lignes. Bref, affaire à suivre car ils ont quand même du potentiel. Ils ont le mérite d'exister et c'était malgré tout une belle entrée en matière. Malheureusement les choses devaient se gâter par la suite.

The Sixxis

Nous dûmes déchanter lorsqu'arriva le deuxième groupe, américain celui ci, nommé The Sixxis. Là ce fut la débâcle. Ça partait dans tous les sens, non pas que ce fut mauvais, mais des combos de ce type, on en a déjà vu et entendu un max, et rien chez eux ne pouvait prétendre à une quelconque originalité.

The Sixxis

Pourtant loin de moi l'idée de minimiser les qualités certaines de ces deux formations, ni de les dévaloriser. Ces deux amuse-bouche ne pouvaient que mieux nous faire apprécier ceux pour qui tout le monde s'était déplacé, et à juste titre, les grands Riverside.

Riverside

Ils déboulaient sur scène et dès les premières notes de "Lost (Why Should I Be Frightened By A Hat?), très beau morceau, l'on vit tout de suite la différence de classe, ces mecs envoient une puissance de feu hors du commun et allient parfaitement cette force avec une réelle finesse, ce qui fait de Riverside un groupe majeur de la nouvelle génération.
Leur leader Mariusz Duda y est bien sûr pour beaucoup. Il dégage avec son jeu de basse bien calibré et surtout avec un timbre vocal d'une chaleur indéfinissable tout en "feeling" qu'on ne peut qu'être qu'admiratif devant tant de talent personnifié en un seul musicien.
Ce n'est pas la première fois que j'assiste à un concert de Riverside et à chaque reprise je reste estomaqué par leur entrain et détermination à donner le meilleur d'eux-mêmes pour nous livrer ce que l'on peut faire de mieux dans le genre.
La musique de Riverside est difficilement "classable", cette synthèse entre le "post/rock" et le "prog", des riffs métalliques et des ambiances planantes proches du Floyd confèrent à ce groupe une vraie personnalité et une profonde authenticité, deux qualités qui se font rares de nos jours.
Ils étaient venus en priorité pour lancer leur nouveau disque, chose qu'ils feront tout au long du "set". Ils en joueront quatre morceaux au total. Pour le reste ils égrenèrent des titres issus de leurs précédents albums, dont perso, j'ai énormément aimé les trois premiers qui forment un triptyque incontournable pour le mélomane averti ou pour les personnes désireuses de découvrir le groupe.

Riverside

Mariusz Duda, s'adressera à plusieurs reprises au public (enchanté) - il précisera que le groupe existe depuis quatorze ans et qu'il aime apparemment beaucoup la France, et plus particulièrement Paris, et par le fait, il fit référence plusieurs fois à nos vins qui d'après ses dires, plaisent énormément au guitariste et au claviériste.
Justement ces deux là, Piotr Grulzinski à la gratte et Michał Łapaj aux différents claviers apportent quant à eux énormément à la musique de Riverside qui éclate littéralement en "live" comme ce fut le cas encore le soir en question au Divan du Monde, cette super petite salle à la réputation acquise et qui a vu défiler pas mal de musiciens très connus ou un peu moins.
Mariusz et ses potes firent taper dans les mains au public à plusieurs reprises, ce qui peut sembler étonnant venant d'eux et assez paradoxal étant donné la musique qu'ils jouent et qui est plutôt cérébrale dans son ensemble.
C'est un poil regrettable car le set fut globalement plus "enlevé" et plus rentre dedans qu'à l’accoutumée, les musiciens voulaient apparemment faire un tantinet plus simple, de ce fait, on y perdit un peu de l'audace et de la magie qui caractérise Riverside, au profit d'une musique un peu plus directe , à l'image de leur dernier album que je trouve très légèrement en deçà de ce qu'ils enregistrèrent jadis.
Ce n'est pas trop grave, on leur pardonne, ils méritent largement le succès qu'ils connaissent (enfin!), ils ne boudent pas le plaisir de jouer pour nous et ce devant un parterre de spectateurs, certes exigeants, mais entièrement dévoués acquis à leur musique.
Riverside nous laissa sur le cul en faisant deux rappels, et pas des moindres, tout d'abord avec ‘The Same River’ tiré de l'album génial Rapid Eye Movement et conclue leur show par ‘Found’ tiré du dernier album. Un set parfait de bout en bout.
Le bilan de cette soirée est, malgré ces petits bémols, ultra positif, on n'a pas vu passer le temps, ce qui prouve que ce fut de grande qualité. Tout le monde est sorti ravi et comblé, Piotr se trouvait hors de la salle, fumant sa "clope". On a un peu jacté avec lui et pris les photos rituelles. Des concerts comme celui-ci, on en redemande, Heureusement qu'Anathema sera là en novembre pour relever le défi, suivi deux jours après de The Watch et de Sylvan un peu plus tard. Comme vous le constatez l'éventail est assez large, décidément ce mois ci sera riche en musique" live". Vous voyez, le modeste chroniqueur et de surcroît votre humble serviteur n'a pas le temps de "chômer".

Set list :

Lost (Why Should I Be Frightened By a Hat?)
Feel Like Falling
Hyperactive
Conceiving You
02 Panic Room
The Depth of Self-Delusion
Saturate Me
We Got Used to Us
Discard Your Fear
Escalator Shrine
(Preceded by an improvisation)
Encore
The Same River
Found

Les photographies sont signées Christian Arnaud :

Photographies du concert

Rédigé par : dany

JPL et Lazuli
18/06/2016   JPL et Lazuli
Toundra au Molodoï
24/05/2016   Toundra au Molodoï
Vanden Plas Chez Paulette
15/05/2016   Vanden Plas Chez Paulette
Cris Luna Chez Paulette
14/05/2016   Cris Luna Chez Paulette
Prog'Sud 2016 - jour 2
06/05/2016   Prog'Sud 2016 - jour 2
Prog'Sud 2016 - jour 1
05/05/2016   Prog'Sud 2016 - jour 1
Long Distance Calling à Substage
06/05/2016   Long Distance Calling à Substage
Artrock IV - jour 2
02/04/2016   Artrock IV - jour 2
Artrock IV - jour 1
01/04/2016   Artrock IV - jour 1
Leprous à la Laiterie
08/04/2016   Leprous à la Laiterie
Une journée avec Ray Wilson
01/04/2016   Une journée avec Ray Wilson
Out5ide au Camionneur
12/03/2016   Out5ide au Camionneur
Ghost à la Laiterie
02/02/2016   Ghost à la Laiterie
Voyage sur la planète Clolk's
29/12/2015   Voyage sur la planète Clolk's
Gens de la Lune à Belfort
10/01/2016   Gens de la Lune à Belfort
Ticket To The Moon au SOCA
18/12/2015   Ticket To The Moon au SOCA
Franck Carducci Chez Paulette
14/11/2015   Franck Carducci Chez Paulette
Riverside - Le Divan du monde
27/10/2015   Riverside - Le Divan du monde
28/10/2015   The Gentle Storm à la Laiterie
Leprous à Substage
17/10/2015   Leprous à Substage
Prochains concerts
Prochaines sorties