Neoprog.eu
Menu

Live report du 01/07/2016 - Be prog my friend
Be prog my friend ! 2016 soirée du 1er juillet 2016

Poble Espanyol – Barcelone (Espagne)

Photos par David Rodrigo (http://www.metalcry.com/) sauf première.

Le Be prog my friend ! est un tout jeune mais ambitieux festival prog qui prend place dans la capitale de la Catalogne. Il est organisé par Madnesslive spécialisé dans les concerts metal, ce qui explique sans doute que cet aspect est quand même assez présent dans la sélection des groupes invités tout en laissant aussi place des à des formations au son un peu plus doux.

L’édition de 2014 comprenait Opeth, Anathema, Fish, Pain of Salvation, Alcest, Tesseract et Antimatter.

Celle de 2015 voyait la liste des groupes s’étendre avec Camel, Meshuggah, Dewin Townsend Project, Katatonia, Ihsahn, Riverside, Vincent Cavanagh, Leprous, Haken, Messenger, Algorythm et Robotporn. Je me rappelle avoir lu un commentaire de Colin Bass (Camel), un peu étonné de se retrouver au milieu de groupes qui jouaient au volume sonore maximum tout en mentionnant qu'ils avaient reçu un accueil fabuleux.

La vente des places est assez particulière. En effet seule la journée du 3 juillet est considérée comme payante. La soirée d’ouverture du 2 juillet est gratuite à condition d’avoir un billet pour le 3.

Le festival a lieu sur la grande place du Poble Espanyol, sorte de musée de l’Espagne en plein air créé en 1929. L’imposante scène est apposée à un batiment. le fond de la place est surélevée et une descente rejoint le bas de la scène par la droite. Le stand de merchandising vendant les produits dérivés du festival et ceux des groupes est situé à l’angle des deux. Le fait d’avoir un seul stand pour tout libère les groupes mais crée aussi une longue file d’attente. Quelques restaurants et bars présents autour de la place sont ouverts et l’organisation a mis en place deux stands de boissons avec d’impressionnantes réserves de bière et un stand de hot dogs au débit très rapide.

obsidiankingdom


Pour la première fois, le festival a organisé durant les inter concerts des séances de signature auquel huit des groupes présents ont participé. Ceux ci devant se dérouler durant les 20 minutes d’entracte…, pas vraiment le temps de s’attarder mais cela reste une excellente idée. J’en ai d’ailleurs profité pour faire signer The Pineapple thief et I am the morning.

La soirée d’ouverture, qui initialement devait avoir lieu à la sala Appolo comprenait cinq groupes. Les espagnols et plus spécialement les catalans étaient représentés par les deux premiers Exxasens et Obsidiam Kingdom suivis des russes de I am the morning, des islandais de Agent Fresco et des anglais de The Pineapple thief.

Des horaires sont prévus pour chaque passage et l’heure de fin ne sera jamais dépassée.

Profitant de l’occasion pour allier tourisme en famille et musique en solo, je n’ai pas pu assister à tous les concerts. Ainsi avec la visite du Park Guell et de la Pedrera, j’ai manqué la prestation d’Exxasens de 17 h 30 à 18 h 20 qui a apparemment joué devant un public encore clairsemé. Le groupe composé de Jordi Ruiz (guitares), Oriol Plannels (batterie), Cezc Céspedes (basse) et Sergio Ledesma (claviers) propose une musique space/post rock essentiellement instrumentale. Leur dernier, cinquième et fort sympatique album Back to Earth est sorti en 2015. Il a constitué l’essentiel de leur set. A noter la participation au chant sur Saturn, seul titre avec des paroles, de Bruce Soord et de Miguel Angel Abril Hidalgo .

Setlist :

Supernova
My hands are planets
Hugeness
Bright side of the moon
Your dreams are my dreams
Eleven miles
Saturn
Back to earth

Site web : www.exxasens.com/

Facebook : https://www.facebook.com/ELEVENMILES/
Bandcamp :
https://exxasens.bandcamp.com/


Le soleil était bien présent lors de mon arrivée sur les lieux, vêtu de mon tshirt Lazuli, juste avant le début du show à 18 h 40 de l’autre groupe local, Obsidian Kingdom, groupe de post metal. Le public n’est pas encore très nombreux par rapport à la capacité du lieu. Leur set a duré une heure.

Mené par le dernier membre original, Rider G. Omega (chant, guitares), le groupe s’est présenté avec sa nouvelle bassiste Om rex Orale toute en noir et jupe en cuir et son nouveau guitariste Eaten Roll I. L’ancien Seeborn Ape Tot s’occupe désormais des claviers. Le dernier membre est le batteur Ojete Mordaza II. Ils ont joué l’intégralité des titres de leur dernier et recommandable album, A year of no summer, et trois titres plus anciens. Le groupe a l’habitude d’utiliser des projections et ce fût encore le cas durant tout le concert. Malgré la luminosité, ceux ci étaient visibles même si cela aurait sans doute été mieux en nocturne. Leur prestation fût à la hauteur de leur dernier album avec un son assez lourd.

obsidian kingdom

set list :

The Kandinsky group
Darkness
Last of the light
10th april
Haunts of the underworld
Endless Wall
The polyamik
A year of no summer
Black swan
Away/absent

Site web : http://www.obsidiankingdom.com
Facebook : https://www.facebook.com/obsidiankingdom/

Bandcamp : http://obsidiankingdom.bandcamp.com/


A 20 heures et avec un public de plus en plus nombreux, ce fût ensuite au tour des russes d’I am the morning dans une formation chamber prog. Le duo formé en 2010 à Saint Petersbourg par Gleb Kolyadin, qui arborait un joli tshirt Tubular Bells sous sa veste, et Marjana Semkina, pieds nus, était accompagné d’un violoncelliste et d’un violoniste ainsi que de leur nouveau percussionniste britannique Evan Carson. Donc une formation plus légère que celle que l’on trouve sur leur excellent live From the house of arts puisque ce dernier ne comportait pas de percussionniste mais deux guitaristes dont un acoustique, un batteur et un bassiste en plus. C’était leur première représentation en Europe après seulement deux autres en Russie. Marjana Semkina avait communiqué via les réseaux sociaux une certaine inquiétude de se présenter dans un tel festival avec une formation non électrique. Mais ses craintes ont été vite dissipées par l’accueil extraordinaire du public. L’énergie et l’émotion distillés par Marjana associées à la qualité des musiciens et leur musique pleine de vie malgré la noirceur de leur thème.

Marjana a beaucoup communiqué avec le public et s’est même essayé à quelques mots en espagnol. Elle avait l’air heureuse de se retrouver loin de sa sombre et miséreuse Russie, selon les termes qu’elle a employé.

A noter qu’un bouquet de fleurs blanches a volé vers Marjana de manière plutôt brusque et par surprise ce qui lui a fait lâcher un “that was brutal !” en souriant. La set list comprenait seulement deux titres du dernier album, Lighthouse, sans doute moins évident à jouer avec cette formation.

Nick Beggs et Dave Kilminster (Steven Wilson) sont venus assister à la dernière partie de leur set.

Les compositions ainsi que la voix, le charme et le charisme de Marjana ont visiblement séduit un large public dont une grande partie ne connaissait pas le groupe. Sa présence scénique et son plaisir d’être sur scène m’ont rappelé Anneke Van Giersbergen. Plus tard la longue file pour la signature fut la preuve de ce succès. Cette heure passée en leur compagnie a été un grand moment de fraicheur et d’émotions.

iamthemorning

Set list :

l.b.too
To human misery
Scotland
Os lunatum
Romance
5/4
Libretto horror
Weather changing
Matches
Chalk and coal
K.O.S.

Site internet : http://www.iamthemorning.com/
Facebook : https://www.facebook.com/iamthemorningpage/

Bandcamp : https://iamthemorningband.bandcamp.com/


Ce fut ensuite au groupe Islandais d’Agent Fresco d’occuper la scène. Le chanteur Arnor Dan Arnarson a signalé durant leur prestation qu’il avait été soigné pour une pneumonie deux jours plus tôt et que le médecin lui avait déconseillé d’aller à Barcelone mais il avait répondu qu’il devait absolument y aller. Cela ne s’est pas vraiment senti tant au niveau du chant que de l’énergie déployée. Les autres membres sont Hrafnkell Örn Guðjónsson à la batterie, Vignir Rafn Hilmarsson à la basse et Þórarinn Guðnason aux claviers et guitares. La musique du groupe est un étrange mélange entre différents styles notamment pop, métal et classique (au niveau des claviers), pleine d’énergie, avec un chant clair qui peut se transformer en hurlements par moments. Ils ont joué des titres de leurs deux albums Long time listening (2010) et Destrier (2015). Ceux-ci ont des points de départ plutôt tragiques puisque pour le premier il s’agit de la mort du père d’Arnor Dan et pour le second, une agression dont il a été victime. Un nombre de fans non négligeable attendaient leur prestation et se sont visiblement régalés. Pour ma part, je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à complétement rentrer dans leur univers un peu trop foisonnant, accrochant sur certains passages, décrochant sur d’autres.

Agent Fresco

Set list :

Anemoi
He is listening
Howls
Destrier
Pyre
Implosions
A long time listening
See Hell
Angst
Dark Water
Eyes of a cloud catcher
The autumn red

Site internet : http://www.agentfresco.is/
Facebook : https://www.facebook.com/agentfresco

Bandcamp : https://agentfresco.bandcamp.com/


A 22h50 Le dernier groupe de la soirée d’ouverture étaient donc les anglais de The Pineapple Thief, groupe que j’apprécie depuis ses tout débuts mais que je n’avais pas vu sur scène depuis 2003 et leur prestation au festival Crescendo.

Bien qu’ayant enregistré un nouvel album Your Wilderness qui doit sortir cet été (19 août en France), aucun morceau de celui-ci ne sera joué. J’avais lu quelques jours auparavant Bruce Soord expliquer qu’il pouvait difficilement envisager de jouer les titres du dernier opus sans Gavin Harrison à la batterie. Ses compères présents étaient donc Jon Sykes à la basse, Steve Kitch aux claviers et Dan Osborne à la batterie.

Les anglais ont proposé une set list comprenant uniquement des titres présents sur le live 2014 en version plus courte puisqu’ils disposaient d’une heure et dix minutes pour une fin programmée à minuit.

Pineapple Thief était sans doute le groupe le plus ‘pop-rock’ du festival et certainement pas le plus apprécié de l’ensemble du public. D’ailleurs pour chaque artiste, les spectateurs appréciant moins leur musique allaient souvent s’asseoir dans les parties où il était possible de le faire (escaliers et murs ou balustrades) attendant sagement que leurs préférés arrivent. Certains restaient dans le public mais avaient parfois un peu tendance à faire comme s’ils étaient seuls, parlant fort entre eux, notamment si l’on se trouvait non loin des buvettes.

Les grands moments du concert ont été All the Wars où Bruce Soord a utilisé sa guitare acoustique, Remember Us ou le très remuant Nothing at best final. Ce fût un vrai plaisir pour ma part de retrouver ce groupe sur scène

The pineapple thief

set list :

What we have sown ?
Wake up the dead
Alone at sea
The one you left to die
All the wars
Magnolia
Simple as that
Sense of fear
Remember us
Reaching out
Snowdrops
Nothing at best

Site internet : http://pineapplethief.com/
Facebook : https://www.facebook.com/thepineapplethief/


Cette soirée d’ouverture s’est avérée d’excellent niveau. Le bémol que je mettrais sera au niveau des inter-concerts avec une musique d’un niveau aussi fort que celui des concerts. Pas de possibilité donc de se reposer les tympans. Je ne sais pas si cela leur a été reproché mais cela ne s’est pas reproduit le lendemain.

Site web du festival :
https://www.facebook.com/beprogmyfriend/
Facebook du festival : http://beprogmyfriend.com

Rédigé par : JN

Prochains concerts
Prochaines sorties