Neoprog.eu
Menu

Il Mondo Che Era Mio
Fabio Zuffanti - Il Mondo Che Era Mio
Titre : Il Mondo Che Era Mio
Groupe : Fabio Zuffanti
Sortie : 2014
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Progressif
Achat : ici
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations

Titres

  • In Limine - live
  • Rainsuite - live
  • Orizzonte Degli Eventi - live
  • Una Sera D'Inverno - live
  • La Quarta Vittima - live
  • Non Posso Parlare Più Forte - live
  • La Notte Trasparente - live

Formation en 2000



Membres : Matteo Nahum (guitares), Paolo Tixi (batterie), Fabio Zuffanti (basse), Giovanni Pastorino (claviers), Martin Grice (flûte, Saxophone)

“Ce monde est encore le nôtre…”
Est-il encore nécessaire de présenter Fabio Zuffanti , ce véritable homme-orchestre, où comment devenir l’air de rien le Steven Wilson transalpin, en un mot le type le plus prolixe des sa génération, et tout ça sans même rider la surface mainstream de l’océan ? Comment ne pas citer Finisterre, splendide formation des années 90, relançant à elle seule tout un renouveau du son et de l’inspiration symphonique, jazz rock des 70s ? Son prolongement non moins talentueux avec La Maschera Di Cera, ses projets plus contemplatifs tels que Aries ou Rohmer, avec à chaque fois une réussite à la clef ? Enfin Höstsonaten, quadrilogie discographique, instrumentale, au symphonisme prog des plus sensibles et élaboré ? Rien que de retracer toute sa carrière occuperait deux à trois chroniques entières.
Aujourd’hui, attardons-nous sur son nouveau groupe (!) cette fois-ci autour de son nom, pour un concert enregistré en studio… Ceci agissant comme un point d’orgue à une tournée pour son dernier disque solo, La Quarta Vittima, et dont il n’a pu, pour des raisons techniques, capter la moindre prestation…
La pochette en dit long, présentant une formation d’obédience jazz visiblement : guitare, basse batterie, orgue et cuivres… Tout un programme, auquel on est finalement plutôt habitué si on connaît les penchants de ce Génois. Ce live, sans public donc, apparaît comme une sorte de bilan profond de sa carrière. Au programme, trois morceaux de sa période prog âge d’or grand teint, avec deux morceaux de Finisterre, un de Höstsonaten, un de La Maschera Di Cera avec lequel il clôture le disque. La deuxième moitié est consacrée à son dernier album solo. Et c’est là qu’on mesure l’étendue et la qualité de son inspiration. Les connaisseurs penseront n’y rien trouver de nouveau ici, chaque projet de groupe ayant déjà été décliné en live, parfois à plusieurs reprises (Finisterre) à part pour son répertoire personnel, mais la classe indéniable avec laquelle le tout est interprété, l’émotion et la beauté de la production feront tomber immédiatement toute réticence.
Ce live s’avère d’emblée être une pierre essentielle dans l’édifice déjà très impressionnant de Zuffanti. L’interprétation des musiciens est remarquable, dans une cohérence parfaite (ce qui n’a pas toujours été le cas sur d’autres lives), et l’apport du saxophone et de la flûte ajoutent un peu plus au délice (on peut penser au choix similaire que fit Steve Hackett en ce qui concerne la réinterprétation des standards de Genesis). Une heureuse initiative à n’en pas douter. Luxe, calme, volupté, force et extrême sensibilité sont donc au menu, et l’on se prend à regretter qu’un deuxième CD ne soit pas de mise, c’est dire…
Le chant de Fabio Zuffanti, pourtant en concurrence avec ses talentueux prédécesseurs (La Maschera Di Cera en tête), s’avère très sensible, beau véritablement, sans afféterie, humble et profondément humain, ce qui ne fait que servir sa musique.
Vous l’aurez compris, voilà un disque splendide, qui saura ravir les amateurs de rock progressivo italiano, et bien au-delà.
Encore !

Facebook : https://www.facebook.com/fabiozuffanti

Site: http://www.zuffantiprojects.com/english.htm

Vidéo :


Rédigé par Fabrice le 31/03/2015
Commentaires
Aucun commentaire