Neoprog.eu
Menu

Elder Creek
Jeff Green - Elder Creek
Titre : Elder Creek
Groupe : Jeff Green
Sortie : 2014
Label : Festival Music
Format : CD
Genre : Rock mélodique

La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Theseus Falls (I. Entrance – II. Questions – III. Exist)
  • Elder Creek
  • Our First Meeting
  • Point Blunt Light - instrumental
  • Gordian Knot
  • Loops and Threads (a lullaby in reverse)
  • A Long Time From Now

Formation en 2009


Musiciens :

Jeff Green : guitares électriques (solo et rythmique), guitares acoustiques (6 et 12 cordes), guitare slide, talk-box, mandoline, guitare-synthé, chant, chœurs, programmation
Pete Riley : batterie
Andy Staples : basse
Mike Stobbie : claviers
Phil Hilborne: guitare solo (5, 7)
Garreth Hicklin : chant (1, 5, 7), chœurs
Imogen Hendricks : chœurs
Sean Filkins : chant (2)
Alan Reed : chant (7)
Laura Green : voix parlée (2) et soupirs (7)
Sinéad O’Donnell-Stolz : voix parlée (7)
Pamela Kelley : soupirs (7)

Jeff Green revient, cette fois-ci avec un Project – clin d’œil à celui d’Alan Parsons – après un Jessica sorti en 2009 qui n’avait pas vraiment eu les faveurs de Neoprog… Pourtant, l’album de manquait pas de saveur(s), et rendait un hommage tendre et déchirant à sa fille, disparue dès sa naissance… Depuis lors, Jeff Green, musicien expérimenté, s’est mis au travail pour préparer ce Elder Creek pendant quatre ans avant sa sortie le 18 février 2014, le jour même qui aurait été celui de l’anniversaire de sa grand-mère, Coralie, largement évoquée et invoquée, fil d’Ariane de l’album et du développement musical de Jeff.
Mais qui est donc Jeff Green ? Musicien californien tombé tout petit dans le rock du même état, il se noie ensuite dans le progressif, influencé notamment par David Gilmour… Au milieu des années 80, il débarque en Angleterre et fait partie du groupe North Point Park, se fait une solide réputation avant de retourner, fin des années 90 à Sacramento et d’intégrer les Illegal Eagles, groupe de reprises des qui vous savez et qu’il a quitté récemment… Bref, Jeff a bourlingué et croisé pas mal de monde, d’ailleurs, il y en a une partie sur cet album…
Je ne reviendrai pas sur Jessica, je vous renvoie à la chronique de Neoprog (http://neoprog.eu/critique/jeff_green/jessica), mais surtout à l’écoute de l’album (http://jeffgreen.bandcamp.com/) …

Jeff Green Project

Elder Creek, dont le nom est celui d’un lieu des environs de Sacramento. Bordé de références maritimes, l’album glisse tel un bateau sur une mer alternant calme et grains épicés. Entouré de musiciens dont certains étaient du voyage sur Jessica, de Illegal Eagles (l’excellent chanteur Garreth Hicklin), ou de groupes progressifs bien connus (Mike Stobbie – ex-Pallas ; Sean Filkins – ex-Big Big Train ; Alan Reed – ex-Pallas)…
Si Jeff Green révèle les influences musicales de Porcupine Tree, Rush, Yes et autres Pink Floyd sur cet album (Jeff Green s’affiche avec quelques pochettes de disques références sur le beau livret qui accompagne l’album), j’y entends personnellement pas mal de Jadis aussi, dans certaines mélodies et arrangements (comme sur "Elder Creek" ou "Our First Meeting" par exemple), du Keith Emerson sur la suite épique "A Long Time From Now", ou encore du Magenta. On notera aussi la patte d’Andy Jackson pour le mastering (vous savez : Pink Floyd, David Gilmour, Roger Waters…).
Certes, on trouvera des choses déjà entendues, comme ce riff acoustique sur "A Long Time From Now", qui ressemble à s’y méprendre à celui de "Machine Messiah" de Yes, ou l’intro aux claviers aquatiques du même morceau, digne de "Close to the Edge" !
Mais les belles guitares de Jeff (acoustiques et électriques) comme sur l’instrumental "Point Blunt Light", les claviers à la Wakeman (celui de Tormato, ou de Anderson, Bruford, Wakeman, Howe) de Mike Stobbie (ex-Pallas) un peu partout, les voix et les chœurs bien équilibrés (Jeff est un bon chanteur qui sait aussi laissé la place quand il faut), les parties de basse très mélodieuses d’Andy Staples, la batterie discrète, mais ô combien efficace, de Peter Riley (Guthrie Govan, Wetton & Downes, Icon, Keith Emerson), tout cela nous donne un ensemble solide qui se laisse écouter avec plaisir.
Les intransigeants de l’originalité, les absolutistes du "jamais entendu avant" et autres multiculturalistes acharnés ou adeptes de cocktails musicaux improbables devront passer leur chemin. En revanche, ceux qui apprécient de se laisser emporter par une musique progressive de type symphonique, un brin conceptuelle, mais aussi un tantinet pop, les amateurs de Jadis, Pallas, Mike Rutherford ou Martin Orford, par exemple, celles et ceux qui aiment hisser les voiles et voguer sur des flots aux couleurs bigarrées et chatoyantes, eh bien, ceux-là, embarqueront aisément avec le Jeff Green Project, destination Elder Creek, pour une croisière harmonieuse qui prête au rêve, au souvenir, aux yeux grand ouverts pointés sur l’horizon…

Facebook : https://www.facebook.com/jeff.green.102

Site officiel : http://jeffgreen.org.uk/

Teaser :


Rédigé par Henri le 19/01/2015
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°8 Magazine n°7
Prochains concerts
Prochaines sorties
  • 16/04/2021 - Bend the Future
    Without Notice
  • 16/04/2021 - Sounds Of New Soma
    Trip
  • 16/04/2021 - Liquid Tension Experiment
    LTE3