Neoprog.eu
Menu

Twilight Cinema
Major Parkinson - Twilight Cinema
Titre : Twilight Cinema
Groupe : Major Parkinson
Sortie : 2013
Label : Apollon Records
Format : CD
Genre : Progressif

La chronique note de la chronique
Aucune évaluation

Titres

  • Skeleton sangria
  • Impermanence
  • Black river
  • The wheelbarrow
  • A cabin in the sky
  • Heart machine
  • Beaks of benevola
  • Twilight cinema

Formation en 2003

Jon Ivar Kollbotn [chanteur], Eivind Gammersvik [bassiste], Lars Christian Bjorknes [clavier], Oysten Bech-Erichsen [guitariste], Sondre Skollevoll [guitariste], Sondre Veland [batteur], Claudia Cox [violon]

Invités :
Annette Kathinka Servan - chant
Morten Andreas Nome - violoncelle
Ella Helen Bukkoy - violon

J’ai découvert et apprécié l’univers atypique du groupe norvégien Major Parkinson avec leur dernier album en date, Blackbox, sorti en 2017. Apollon records, qui a récemment signé le groupe, a décidé de rééditer les trois premières œuvres de la bande de Bergen. Ils commencent par le troisième et précédent album, Twilight Cinema. Entre celui-ci et Blackbox, le groupe a connu plusieurs départs et arrivées. A l'écoute de ce Twilight Cinema, le nombre de styles musicaux différents utilisés est assez impressionnant, tout comme la palette sonore des claviers et guitares. Ainsi il est possible d’entendre au cours des morceaux de la valse, de la musique de cirque, de cabaret, de western, folklorique, alternative ou cinématique, une comédie musicale déjantée, du progressif ancien et moderne, du rock… La liste est non exhaustive. Le tout se mêle dans un univers plutôt sombre à l’image de la pochette de l’album.
Une autre particularité du groupe est la voix grave du chanteur Jon Ivar Kollbotn, plus proche d’un Tom Waits ou d’un Leonard Cohen. Elle peut être utilisée de manière agressive. Pour contrebalancer, elle est parfois associée à une voix féminine ou à des chœurs. Les titres des chansons sont aussi assez improbables.

Twilight Cinema comprend huit titres, et après une introduction où l’on entend défiler une bobine de film, commence par deux morceaux à la structure relativement classique. Le court ‘Skeleton sangria’ propose une sorte de valse électrique aux sonorités vintage. ‘Impermanence’ mêle habilement claviers et guitares limpides avec une touche western et une montée en puissance.
La chanteuse Annette Kathinka Servan participe au titre ‘Black River’ à la construction beaucoup plus alambiquée. Mais ce n’est rien par rapport à son successeur ‘Wheelbarrow’, sorte de rollercoaster qui vous fait passer par tous les états, alternant avec talent différents styles. Après un début à l’accordéon, le groupe part ensuite dans des circonvolutions électriques et endiablées alliées à des claviers aériens et vintage. Quelques accalmies nous permettent de respirer.
‘A cabin in the sky’ propose un style cabaret déjanté prononcé parsemé de sons électros, et j’avoue avoir plus de mal avec ce titre.
‘Heart machine’ nous délivre un déluge de riffs surpuissants et dévastateurs que des claviers et des chœurs viennent aérer. Quelques guitares en reverb peuvent rappeler Marillion. Le final possède une vraie dimension cinématique.
Mon morceau préféré, ‘Beaks of benevola’, plus atmosphérique, calme le jeu, et voit le retour d’ Annette Kathinka Servan en seconde voix. La basse est énorme et peut rappeler Cure. La guitare penche par moments fortement vers Mike Oldfield. C’est sans doute le titre le plus proche de l’univers de Blackbox.
L’album se termine en fanfare avec le morceau titre qui penche à nouveau vers l’opéra rock déjanté et des voix au diapason. Quelques passages sont limite punk, à l’image du groupe britannique Cardiacs. La variété et le nombre de styles proposés en si peu de temps fait que la dose est peut être trop forte cette fois ci.

major parkinson

Malgré ce melting pot qui peut paraître improbable, Major Parkinson réussit à rendre le tout cohérent. Sans doute moins accessible et plus inégal que son successeur, Twilight Cinema propose une musique énergique d’une remarquable richesse et un univers unique.


Rédigé par Jean-Noël le 27/04/2021
Commentaires
Aucun commentaire
Le magazine papier
Magazine n°9 Magazine n°8