Neoprog.eu
Menu

Mantelpiece
Ossicles - Mantelpiece
Titre : Mantelpiece
Groupe : Ossicles
Sortie : 2015
Label : KARISMA RECORDS
Format : CD
Genre : Progressif

La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Dewers Hollow
  • Luna's light
  • 1400
  • Moral Grey
  • Watersoul II
  • Barren Earth
  • Slur
  • Torn Pages
  • Silky Elm

Formation en 2011

Sondre Veland [clavier,batteur,percussions], Bastian Veland [clavier]


C’est un duo norvégien fondé en 2011 par les jumeaux Veland.
Leur musique est inspirée de nombreux genres, jazz, progressifs, ambiant, avant garde.
Leur seul album est un double album sorti en décembre 2012.
Ils ont été repérés par Steven Wilson en 2013.
Mike Portnoy les a invités à Progressive Nations at Sea.
Il s’agit de Ossicles.

Nous allons parler d’un ancien album qui, cette année, va trouver une seconde jeunesse chez Karisma Records. C’est Steven Wilson qui est tombé sur la merveille en 2013 et qui en a fait la promo. Il a bien eu raison le bougre, d’autant que le rapprochement avec Porcupine Tree et l’univers de Wilson est assez facile à faire.

Mantelpieces est un mélange de pièces écrites il y a plus de quinze ans avec des compositions plus récentes. Même si le groupe s’affiche ouvertement jazz progressif, vous entendrez majoritairement du prog alternatif à la manière de Porcupine Tree pendant une heure et quart. Des éléments jazzy se mêlent effectivement à leur musique, principalement avec la batterie de Sondre. Sur le dernier morceau, une pièce épique de près d’une demi heure, vous entendrez également de nombreux éléments nord-africains.

Le duo se compose de Sondre Veland à la batterie, percussions, chant et claviers et de son frère jumeau Bastian Veland qui joue guitares, basse, claviers et chante. Le double album comporte neufs titres, deux grands formats ‘Barren Earth’ - neuf minutes - et ‘Silk Elm’ - vingt sept minutes - sur le second CD. L’ambiance est sombre à nostalgique, entre Bowness et Wilson. Vous rentrerez immédiatement dans leur atmosphère si vous aimez les deux artistes qui précèdent, seul ‘Silky Elm’ pourrait vous donner un peu de fil à retordre. Il s’agit sans doute de la pièce la plus personnelle des frères Veland.

Ossicles - Mantelpieces

Deux instrumentaux agrémentent l’abum : ‘Dewer’s Hollow’ qui commence l’album doucement et ‘Slur’ qui prouve que Ossicles possède une identité propre. Wilson et Pink floyd semblent avoir été des modèles de jeunesse des jumeaux quand on écoute ‘Luna’s light’. Vous apprécierez des sections rythmiques brillantes sur bien des titres, ‘1400’ qui s’éloigne de Porcupine Tree avec son orgue Hammond, ‘Watersoul II’ où Bastian nous démontre son savoir faire de bassiste avec une batterie qui n’est pas en reste loin de là et un chant lancinant qui coule dessus, un titre fabuleux. Sur ‘Barren Earth’, on retrouve un registre à la Tim Bowness, un titre très instrumental avec beaucoup de piano, jusqu'à la sixième minute où l’angoisse vous submerge. Avec ‘Moral Grey’ le duo flirte avec le doom, un morceau qui ne soignera pas votre dépression nerveuse, dans l’esprit des obsessions wilsonniennes. Sur ‘Torn Pages’, Bastian se met plus en avant avec sa guitare pendant de Sondre remplit l’espace avec sa batterie. Reste le dessert, ‘Silky Elm’ qui va vous plonger dans une ambiance orientale. Après quatre minutes, une guitare façon Gilmour s’éveille à la vie, une montée très lente, tout en attente qui à la septième minute se complexifie avec batterie et claviers. Après quinze minutes, un Porcupine Tree nourri de jazz s’invite dans la danse avec toute une panoplie sonore avant-gardiste. C’est sans doute ici que Ossicles pourrait bousculer vos habitudes petit-bourgeoises. Cette brillante section vous conduira jusqu'à la vingt troisième minute avant de redescendre sur une world music puis de revenir au thème initié à la guitare pour finir en beauté. Que dire ? Sinon magique.

Je sais ce que vous allez penser, Bowness, Wilson, Pink Floyd, Porcupine Tree, j’en cite du monde. Alors qu’apporte de neuf cet album déjà ancien ? Tout d’abord, au-delà des ressemblances, Ossicles prouve son identité bien particulière sur de nombreux morceaux. Ensuite, nous donnons des noms comme repères, mais bien entendu c’est plus compliqué Enfin, Wilson a eu raison, cet album est magnifique et mérite le feu des projecteurs. Prions pour que Ossicles puisse nous offrir une nouvelle merveille de ce genre, c’est bien trop rare. Indispensable !

Facebook : https://www.facebook.com/Ossicles

Vidéo :



Rédigé par Jean-Christophe le 25/06/2015
Commentaires
Aucun commentaire
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°7 Magazine n°6
Prochains concerts
Prochaines sorties